Réseaux sociaux : policiers et gendarmes tenus d’améliorer leur comportement

·1 min de lecture
Sur les réseaux sociaux, les policiers sont tenus de se tenir (illustration).
Sur les réseaux sociaux, les policiers sont tenus de se tenir (illustration).

Sur Twitter, Facebook, mais aussi WhatsApp et même Tinder, les membres des forces de l?ordre peuvent avoir un comportement qui déplaît à leur hiérarchie. C?est ce que révèlent nos confrères du Parisien, qui expliquent que les signalements par des internautes, via la plateforme Pharos, se multiplient. La Direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN) a notamment mis à pied un gendarme dont la photo de profil sur l?application de rencontre Tinder ne laissait apparaître que son buste en polo estampillé « gendarmerie ». Il servira désormais d?exemple sur une fiche de déontologie de l?Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN) consacrée au comportement à adopter sur les réseaux sociaux.

À LIRE AUSSI Après Mila, « Twitter doit coopérer avec les autorités judiciaires? »

Ces fiches précisent aux gendarmes et aux policiers quelles limites ne doivent pas être franchies sur les réseaux sociaux. Laurent-Franck Liénard, avocat dont la spécialité est la défense des forces de l?ordre, estime qu?ils sont « une plaie » pour ses clients. « J?ai beaucoup de dossiers sur le sujet pour des propos racistes, explique-t-il au Parisien. Ou pour des dérapages. Parfois, il y a un trop-plein et ils se lâchent. »

Des conversations WhatsApp problématiques

Sont également pointés du doigt les comportements entre collègues, dans des conversations de groupe sur l?application WhatsApp. Des propos racistes ont notamment été dénoncés par le passé et signalés au procureur de la [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles