Les réseaux sociaux, le nouvel outil du fisc pour traquer les fraudeurs

Un nouveau dispositif va être expérimenté pendant trois ans pour traquer la fraude fiscale. Le fisc va pouvoir utiliser les publications sur les réseaux sociaux pour identifier de possibles fraudeurs, notamment sur Facebook ou Instagram, mais aussi d’autres sites comme Leboncoin ou Vinted. Trois fraudes en particulier seront scrutées : les activités non déclarées, les trafics de produits illicites et les fausses domiciliations à l’étranger. Le ministère de l’Économie a mis en place un algorithme pour collecter et analyser les données publiées par les contribuables.Une atteinte à la vie privée ?"Si vous prétendez être résident fiscal belge, alors que vous êtes Français, l’administration va regarder sur Facebook. Elle pourra par exemple voir des photos de vos vacances sur la côte normande. Ça sera la preuve de votre présence en France ce jour-là ou la semaine entière", explique Me Paul Duvaux, avocat spécialiste en droit fiscal. Mais d’aucuns craignent de possibles erreurs et une atteinte à la vie privée. "Que va-t-on décortiquer ? Tout votre train de vie, utiliser les données sur vos amis et votre famille, c’est totalement intrusif. C’est une surveillance disproportionnée par rapport à la finalité qui est la fraude fiscale", alerte Me Thierry Vallat, avocat spécialiste du numérique.