Les réseaux sociaux détruisent-ils l’estime de soi ?

© Getty Images/iStockphoto

Son miroir a le même effet qu’un réseau social. C’est en regardant les autres que l’être humain évalue sa propre vie et apprend à s’adapter ; mais en ligne, cela se traduit souvent par des comparaisons négatives, qui conduisent à l’envie et à la dévalorisation de soi. En 2020, une étude interne informait ainsi la direction de Facebook qu’Instagram était nocif pour l’image corporelle et le bien-être des adolescentes. Une étude américaine de 2022 a enfoncé le clou, montrant que si des jeunes femmes utilisaient davantage Instagram un jour donné, leur humeur et leur satisfaction personnelle s’en trouvaient impactées négativement ce jour-là. Le rôle des influenceurs, modèles de réussite sociale pour beaucoup de jeunes, est pointé du doigt. « Ils se montrent chez eux, créant une illusion de proximité, mais prônent une forme d’idéal en termes de consommation, de beauté, de minceur, souligne Michaël Stora, psychologue et auteur d’Hyperconnexion et de Réseaux (a)sociaux (éd. Larousse).

Cela provoque petit à petit le désir “d’être comme” et la culpabilité de ne pas y arriver. » L’effet des réseaux est toutefois à relativiser, les études les plus récentes suggérant que leur impact dépend du profil des utilisateurs : l’impact est positif ou négatif sur une minorité, et n’a aucune influence sur l’estime personnelle de la majorité. De plus, les utilisateurs s’emparent eux-mêmes du problème. Comme la génération Z (née entre 1995 et 2010), qui opterait de plus en plus pour l’auto-ironie, selon (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Tous les yaourts sont-ils bulgares ?
Sexualité : quels sont les fantasmes les plus courants chez les femmes ?
Radar : voici la vraie marge d'erreur tolérée en cas d'excès de vitesse
Comment les mouvements de foule se forment-ils ?
Quels sont les animaux qui symbolisent les religions ?