Les réseaux sociaux alimentent-ils une peur d'être enceinte?

La naissance d'Adonis, Luigi Garzi | Wellcome collection via Wikimedia CC License by

La tokophobie est la peur pathologique de la grossesse et de l'accouchement.

La tokophobie est la peur pathologique de la grossesse et de l'accouchement, une crainte extrême et persistante qui s'accompagne du fait d'éviter tout ce qui touche au sujet. Le terme est apparu dans la littérature médicale en 2000 avec l'ouvrage de deux psychiatres qui cherchaient à établir des catégories de tokophobie.

Catriona Jones, conférencière sage-femme à l'université de Hull au Royaume-Uni, est persuadée que certaines femmes redoutent de plus en plus la grossesse en raison des témoignages sur les réseaux sociaux de jeunes mamans qui relatent leurs difficultés et souffrances liées à la natalité.

À LIRE AUSSI J'ai peur de mourir en accouchant

Groupes de discussion

 

«Il suffit de googliser "accouchement" pour rencontrer un tsunami d'histoires d'horreur», a-t-elle expliqué lors du festival britannique de science. Catriona Jones pointe du doigt le plus populaire réseau de forums de parents aux Royaume-Uni, Mumsnet, et donne l'exemple de témoignages relatant un accouchement «terrible» ou qui s'est transformé «en bain de sang». Pour la sage-femme, de telles lectures peuvent augmenter l'angoisse des femmes, même si elle indique que ce n'est pas l'unique cause de la tokophobie.

La fondatrice de Mumsnet, Justine Roberts, a tempéré ces propos en indiquant que «les utilisatrices des forums sont, dans l'ensemble, impatientes à l'idée que d'autres femmes puissent découvrir la vérité sur le spectre des expériences de naissance, du meilleur au plus terrifiant».

Les réseaux sociaux se superposent aux agences publiques de santé, qui relaient une information relativement positive au sujet de la grossesse. Pour Justine Roberts, ils permettraient aux femmes enceintes de se sentir beaucoup moins seules face à certaines situations. Elle raconte que le message le plus courant des utilisatrices est «Pourquoi personne (...) Lire la suite sur Slate.fr