Sur les réseaux, Johnny Depp a déjà gagné son procès grâce à la “stan culture”

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Sur les réseaux, Johnny Depp a déjà gagné son procès grâce à la “stan culture”
VALERIE PLESCH / NYT
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Les auditions sont encore en cours et Amber Heard n’a pas encore eu l’occasion de s’exprimer. Sur Internet pourtant, l’acteur américain Johnny Depp semble avoir déjà remporté son procès en diffamation contre son ex-femme que de nombreux soutiens de l’acteur américain qualifient de “menteuse” dans de nombreux extraits vidéos qui essaiment sur le réseau social TikTok.

Le 13 avril, quelques jours après le début d’une audience surmédiatisée et retransmise en direct, le média américain spécialiste des célébrités Gawker dénombrait 1,1 milliard de vues pour le hashtag #justiceforjohnnydepp. “En deux semaines, ces chiffres ont plus que quadruplé. Au moment où cet article est publié, #justiceforamberheard compte 22 millions de vues”, écrivait le New York Times le 29 avril.

USA Today critique de son côté un manque de nuance alors que “nous ne sommes pas encore à la moitié du procès” :

“Les spécialistes des violences conjugales rappellent qu’il s’agit d’une affaire complexe. Cependant l’opinion publique a apparemment déjà décidé qui est innocent et qui est coupable.”

Fans harceleurs

La retransmission en direct du procès “n’a pas grand-chose d’un live CNN mais davantage d’une retransmission des MTV Music Awards ou d’un contenu sur Twitch”, souligne Gawker. L’événement “est devenu un exemple de ce qui se passe quand des affaires complexes sont abordées à travers le prisme de la “stan culture” et des réseaux sociaux”, décrypte le NYT. Contraction de “stalker” (“harceleur”) et “fans”, la “stan culture” désigne le phénomène d’attaques coordonnées de communautés d’admirateurs véhéments envers les détracteurs de leur idole.

@ethantrace AMBER HEARD CAUGHT LYING AGAIN 🤣💄 @Milani #justiceforjohnnydepp ♬ original sound - Ethan Trace

En 2018, dans les colonnes du Washington Post, Amber Heard se présentait comme “une personnalité publique représentative des violences conjugales”, sans nommer son ex-mari. Ce dernier a par la suite porté plainte, considérant qu’en tant que divorcé, en 2016, et sujet à une procédure d’injonction d’éloignement, l’allusion le concernant était claire et pouvait porter préjudice à “sa réputation et à sa carrière”, retrace le New York Times.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles