Un réseau de trafiquants d'armes de la région lyonnaise démantelé

O. V
·2 min de lecture
14 personnes ont été arrêtées dans une enquête sur un vaste trafic d'armes dans la région lyonnaise (photo d'illustration) - KENZO TRIBOUILLARD © 2019 AFP
14 personnes ont été arrêtées dans une enquête sur un vaste trafic d'armes dans la région lyonnaise (photo d'illustration) - KENZO TRIBOUILLARD © 2019 AFP

Un réseau de trafiquants d'armes de la région lyonnaise, soupçonné de vols par effraction de plusieurs armureries en France et en Suisse, a été démantelé mardi avec 13 interpellations en France et une au Portugal, a annoncé vendredi la police française. Onze des treize interpellés en France (dans le Rhône et l'Isère) sont déférés devant la justice ce vendredi à Lyon, deux autres devant être convoqués ultérieurement. L'interpellation au Portugal concerne un Français de 30 ans, à l'encontre duquel un mandat d'arrêt européen avait été délivré, a-t-on ajouté de même source. En septembre 2020, l'Office central dédié à la lutte contre la criminalité organisée (OCLO) et la section des recherches du Rhône, avaient été saisis après une multiplication de cambriolages d'armureries en France et en Suisse. "300 armes (armes d'épaule et armes de poing) ont ainsi été dérobées", a-t-on souligné à l'office.

240.000 euros et une kalachnikov retrouvés

L'enquête a permis de déterminer que les malfaiteurs étaient de la région lyonnaise et formaient "une équipe à tiroirs avec un noyau dur et une aide logistique".

Le coup de filet s'est déroulé le 9 mars simultanément en France et au Portugal. Cette enquête a mobilisé sous l'autorité de la JIRS (juridiction intergionale) du Rhône, "80 enquêteurs, les gendarmes de la SR du Rhône, le Raid, le GIGN, des BRI et une équipe cynophile", a-t-on précisé de source policière.

Sept armes d'épaule dont une Kalachnikov, des munitions, des stupéfiants, 240.000 euros et des véhicules ont notamment été saisis lors de cette opération.

Les armes dérobées étaient destinées au grand banditisme, à des trafiquants de stupéfiants et à des bandes de certaines cités, uniquement sur le territoire national, a-t-on ajouté.

Article original publié sur BFMTV.com