"La République ne se négocie pas !"

·1 min de lecture

Alors qu'est abordé le contrat d’engagement républicain à l'Assemblée nationale, les membres de "Territoires de progrès" affirment leur soutien à cette loi.

Le projet de loi " confortant le respect des principes de la République " a le courage d’identifier les ennemis de la République dont fait partie l’islamisme politique. Face à son projet idéologique qui a pour but de détruire les fondements mêmes de la démocratie et l’héritage des Lumières, nous ne pouvons plus nous contenter d’hommages posthumes.Dans son discours des Mureaux le 2 octobre dernier, le président de la République a annoncé des mesures pour lutter contre cette barbarie, en réaffirmant avec force les valeurs de la République au premier rang desquelles la laïcité. Ce discours des Mureaux a été unanimement salué par l’ensemble des républicains, au-delà des clivages partisans. Il appartient maintenant au législateur d’inscrire cette volonté dans la loi. Mais la loi trahirait le souffle républicain du discours des Mureaux si le juridisme l’emportait sur la fermeté de la réponse politique et ne donnait pas ainsi réellement les moyens de gagner par la loi et par le droit, la bataille idéologique que nous livrent les ennemis de la République. Chaque article peut donner lieu à des discussions avançant des arguties plus que des arguments, prétextes à ne pas s’inscrire clairement dans le combat républicain. Il en est ainsi de l’article 6 du projet de loi. Le renforcement de l’encadrement des subventions...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République

"Liberté-Egalité-Fraternité-Laïcité, voilà le combat !" : rendez-vous le 20 septembre place de la République

20 septembre 1792, bataille de Valmy : naissance de la souveraineté du peuple, de la nation, ou des deux ?

Rentrée scolaire : 22 établissements scolaires fermés en raison de cas de Covid-19, annonce Jean-Michel Blanquer