République centrafricaine : élections à haut risque dans un pays toujours aux mains des groupes armés

franceinfo Afrique avec agences
·1 min de lecture

C'est dans un pays encore aux deux tiers contrôlés par des groupes armés rebelles, qu'environ 1,8 million d'électeurs sont appelés à désigner un président et 140 députés le 27 décembre 2020 en Centrafrique. Un second tour est prévu le 14 février.

Forces en présence

16 candidats sont en lice pour cette élection présidentielle dans un pays en situation de ni guerre ni paix. Parmi eux, le président sortant, Faustin Archange Touadéra, qui apparaît comme le favori depuis l'invalidation de la candidature de son challenger le plus sérieux, l'ex-président François Bozizé. La Cour constitutionnelle a invalidé la candidature de ce dernier le 3 décembre, au motif que l'ex-chef de l'Etat est sous le coup de sanctions de l'ONU qui lui reproche d'avoir soutenu depuis son exil la contre-insurrection de milices dites anti-balaka coupables, selon l’Organisation, de "crimes de guerre".

Privée de son leader historique, l'opposition avançait en ordre dispersé avec 15 candidats contre M. Touadéra, qui pourrait l'emporter dès le premier tour. "Premier tour K.O. !" est d’ailleurs le slogan phare de sa campagne. A défaut de programme, le président sortant égrène dans ses meetings les réalisations qu'il considère avoir menées à bien depuis (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi