Les Républicains en plein chaos

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
BERTRAND GUAY/AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Après la débâcle de la présidentielle, le camp de la droite républicaine se trouve front contre front : ceux qui acceptent l’appel du pied d’Emmanuel Macron et ceux de la ligne « ni Le Pen, ni Macron ». Philippe Juvin et Damien Abad sont les seuls à s’être abstenus sur le texte LR présenté ce mardi 25 avril.

Alors que se tient mardi 26 avril, rue de Vaugirard, une réunion entre les cadres LR pour décider de l’avenir du parti et de la feuille de route, ce sont deux camps bien distincts qui se dessinent. Tous ont fait le déplacement : Brice Hortefeux, David Lisnard, François-Xavier Bellamy, Rachida Dati, Patrick Juvin et autres. Christian Jacob décidera ensuite, à l’issue de ce rassemblement ce qu’il en sera. Pour l’instant, c’est la « ligne Jacob » qui est majoritaire au sein du parti, c’est-à-dire une droite qui n’accepte pas l’alliance avec Macron ni un rapprochement avec Le Pen.

Lire aussi :Borne, Denormandie, Dussopt… les profils des Premiers ministres possibles

Dans l’équipe Jacob, on y retrouve Julien Aubert, François-Xavier Bellamy, David Lisnard – «nous serons face à Macron» ou encore Gilles Platret : «LR n’est pas fongible dans la Macronie ni dans le Lepénisme». Nadine Morano a également expliqué que les sujets «d’autorité et de sécurité» n’étaient pas «la priorité d’Emmanuel Macron» et qu’elle refusait de se «dissoudre dans LREM».

Philippe Juvin «prêt à rentrer au gouvernement»

De l’autre, ceux qui prônent la « construction » et « plusieurs chemins » dixit Brice Hortefeux, avec notamment Philippe Juvin, maire et «mousquetaire» de Valérie Pécresse, lequel a dit être «prêt à rentrer au gouvernement». Damien Abad et ce dernier sont les deux seuls à s’être abstenus sur le texte, montrant, de fait, une proximité avec LREM. Guillaume Larrivé et Daniel Fasquelle sont également pressentis pour rejoindre le camp présidentiel.

Le député de l’Essonne Robin Reda, dit quant à lui : «j’ai reçu l'investiture LR, mais comme en 2017 je ferai une campagne sur la proximité plus que le parti politique ; je serai totalement libre(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles