Les Républicains ne se priveront pas de « déposer une motion de censure », prévient Gérard Larcher

© CHINE NOUVELLE/SIPA

Le projet de budget de la Sécurité sociale arrive lundi au Sénat. Un texte qui est passé en force à l’Assemblée nationale, puisque le gouvernement d’Élisabeth Borne a eu recours à plusieurs reprises à l’article 49-3 de la Constitution. Dans les colonnes du Parisien  ce dimanche, le président du Sénat, Gérard Larcher, a déploré une telle utilisation qui, pour lui, a empêché la bonne tenue des débats. Gérard Larcher n’écarte pas non plus, si les circonstances l’exigent, que la droite dépose sa propre motion de censure contre le gouvernement.

Lire aussi - Comment Emmanuel Macron prépare l’opération dissolution

« L’utilisation du 49-3 est un constat d’échec »

Gérard Larcher n’a pas mâché ses mots face au gouvernement Borne. « L’utilisation du 49-3 est un constat d’échec pour le gouvernement et une conséquence de l’échec du président de la République aux législatives. C’est un outil démocratique prévu par la Constitution, mais on n’a pas été au bout des débats et je le regrette », explique-t-il. En moins de trois semaines, Élisabeth Borne a actionné l’arme constitutionnelle du 49-3 quatre fois.

Le 2 novembre, lors de sa dernière utilisation de cet article, la cheffe du gouvernement a déclaré devant les parlementaires que « puisque les conditions d’un dialogue constructif ne sont plus réunies, puisque des mesures protectrices et attendues ont été balayées dans les débats, puisque le projet de loi est profondément dénaturé, nous devons réagir », dans des propos relayés par l’AFP...


Lire la suite sur LeJDD