Les Républicains : François Fillon soutient la candidature de Bruno Retailleau pour la présidence

L'ancien Premier ministre et candidat à la présidentielle en 2017 a annoncé soutenir le patron des sénateurs LR qui vient d'officialiser sa candidature à la présidence du parti.

L'ancien candidat Les Républicains à la présidentielle 2017 reprend la parole. François Fillon, aujourd'hui retiré de la vie politique, annonce ce samedi sur Twitter soutenir le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau, candidat à la présidence du parti et ancien coordinateur de sa campagne. L'ancien Premier ministre salue un "ami fidèle" qu'il juge capable de "conduire le renouveau des Républicains".

"(Bruno Retailleau) a démontré au Sénat sa capacité de rassemblement et son sens de l’intérêt général. Il saura conduire le renouveau des Républicains, préalable indispensable au redressement national", déclare François Fillon à propos de celui qui a été l'un de ses plus grands soutiens.

Évoquant un "ami fidèle", qui l'avait notamment soutenu durant l'affaire Fillon, l'ancien chef du gouvernement vante les "convictions solides" et "l'expérience" du patron des sénateurs LR.

Candidat tout juste déclaré

Bruno Retailleau a annoncé vendredi dans Le Figaro sa candidature pour devenir président des Républicains en décembre prochain.

"Avec les militants, je veux bâtir ce grand parti de droite, populaire et patriote, qui manque aujourd'hui à la France", a-t-il déclaré.

Il a écarté par la même occasion viser l'Élysée en 2027. "Je suis candidat pour refonder mon parti, pas pour présider le pays", a-t-il assuré.

Bruno Retailleau a reçu, avant même l'annonce de sa candidature, le soutien de l'eurodéputé du Parti populaire européen François-Xavier Bellamy et de l'ancien porte-parole d'Éric Ciotti Stéphane Le Rudulier.

Le député LR des Alpes-Maritimes Éric Ciotti est le seul autre candidat déclaré, tandis que la candidature du secrétaire général des Républicains Aurélien Pradié est pressentie et que celle de l'ex numéro 2 du parti Virginie Calmels est pour l'instant en suspens, après que le parti a estimé qu'elle avait mis à jour sa cotisation de façon trop tardive.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Bruno Retailleau : "Ce ne sont pas lois qui créent du pouvoir d'achat, mais le travail"