Les Républicains: Ciotti dévoile son "équipe de rassemblement" déjà critiquée par Retailleau

Eric Ciotti, en décembre 2022. - Alain JOCARD / AFP
Eric Ciotti, en décembre 2022. - Alain JOCARD / AFP

Élu en décembre à la tête des Républicains, Éric Ciotti va se doter de deux vice-présidents exécutifs en nommant Aurélien Pradié et François-Xavier Bellamy au sein d'une "équipe de rassemblement" à l'architecture rapidement critiquée par Bruno Retailleau.

"J'ai voulu que cette équipe dirigeante soit (...) le reflet de l'unité retrouvée", a expliqué mercredi au Figaro le nouveau président, qui avait été élu au second tour face à Retailleau avec 54% des voix.

Le député du Lot Aurélien Pradié avait réuni 22% des voix au premier tour en promouvant une "droite populaire". L'eurodéputé François-Xavier Bellamy est, lui, un proche de Bruno Retailleau, finaliste de l'élection sur une promesse de renouveau qui avait convaincu 46% des adhérents au second tour.

"Nos accords ne sont pas respectés. Je le regrette. La confiance est le préalable indispensable au rassemblement", a déploré Bruno Retailleau dans la soirée.

Rachida Dati à la tête du Conseil national

Selon un proche du sénateur, "il y avait dans l'accord un poste de secrétaire général délégué pour Othman Nassrou" qui était porte-parole de campagne "mais on a découvert qu'il était dilué au milieu de trois autres". Par ailleurs des élus "qui devaient figurer à diverses places dans les instances n'y figurent plus".

À noter dans l'organigramme diffusé par LR dans la soirée, la promotion de Rachida Dati, "sans doute aujourd'hui la figure la plus populaire de notre famille politique", à la tête du conseil national. L'ancienne ministre sarkozyste, qui avait chaleureusement accueilli Éric Ciotti à Paris lors de la campagne, "incarne aussi l'espoir de nous voir conquérir la capitale", ce qui "sera une étape majeure vers les victoires nationales", affirme le président du parti.

Annie Genevard, qui avait assuré l'intérim à la tête de LR, deviendra secrétaire générale du parti et l'ancien négociateur européen pour le Brexit, Michel Barnier, sera en charge des relations internationales.

Le comité stratégique continuera d'intégrer les "grandes figures" du parti telles Laurent Wauquiez, Xavier Bertrand ou Valérie Pécresse, ainsi que, côté parlement, Gérard Larcher, Bruno Retailleau et Olivier Marleix.

.

Article original publié sur BFMTV.com