Les républicains américains utilisent "l'option nucléaire" au Sénat pour imposer Neil Gorsuch à la Cour suprême

Claire Digiacomi
Donald Trump et Neil Gorsuch à la Maison Blanche le 31 janvier.

INTERNATIONAL - Elle a dégainé son "option nucléaire". La majorité républicaine du Sénat américain a modifié de force jeudi 6 avril le règlement de l'institution, afin d'imposer la confirmation du juge conservateur Neil Gorsuch à la Cour suprême.

Jusqu'à présent, une majorité de trois cinquièmes des sénateurs (60 voix sur 100) était requise pour pour approuver un juge à la Cour suprême. Or, les républicains du Sénat n'aurait pu l'atteindre pour imposer leur juge, puisqu'ils ne sont que 52 contre 48 démocrates. Et aucun de ces derniers n'aurait été prêt à mettre la politique de côté et à se rallier aux républicains pour approuver ce juge: sous Trump, les divisions sont tellement profondes que chacun campe sur ses positions et que le principe même de compromis est hors de question.

Les républicains ont donc utilisé leur option dite "nucléaire", qui leur permet unilatéralement d'abaisser la majorité requise à la majorité simple (51 voix sur 100). Ils alignent ainsi la procédure de confirmation sur celle concernant les juges d'instances inférieures et les responsables de l'exécutif.

Neil Gorsuch sera confirmé à son siège lors d'un vote final vendredi.

De futures nominations plus idéologiques à la Cour suprême

Le seuil élevé de 60 sénateurs devait en théorie favoriser les compromis. En rabaissant la barre à 51, les républicains s'assurent de pouvoir aisément surmonter les entraves parlementaires et par là même supprimer tout le contrepoids de l'opposition.


Le président Donald Trump avait appelé de ses voeux cette modification afin que Neil Gorsuch, nommé en janvier et à vie, soit confirmé coûte que coûte comme neuvième magistrat de la Cour. L'arrivée du juge est cruciale pour les républicains, car elle refera basculer la Cour à droite pour des générations, avec cinq juges conservateurs et quatre progressistes, qui sont appelés à trancher les grands débats de société aux États-Unis.

"Nous nous dirigeons vers un monde où nous n'aurons plus besoin d'une seule...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages