La réponse de François Fillon à Patrick Stefanini

François Fillon et Patrick Stefanini.

François Fillon dément une citation que lui attribue son ancien directeur de campagne, dans le livre «Déflagration - Dans le secret d’une élection impossible», sorti en librairie le 23 novembre. 

François Fillon a lu le livre de Patrick Stefanini. Et sans surprise, il n’a pas aimé le réquisitoire de son ancien directeur de campagne. Il n’a surtout aimé que l’auteur de «Déflagration - Dans le secret d’une élection impossible» lui attribue des propos qui n’aurait pas tenus. 

Selon «Paris Match», François Fillon «dément avoir été interrogé sur la situation professionnelle de son épouse avant de découvrir l’article du ‘Canard Enchaîné’ le 24 janvier», date de la révélation du Penelope Gate, comme le rapporte Patrick Stefanini dans son livre. L'ex directeur de campagne s'appuie sur une citation de Gérard Larcher recueillie lors d'un déjeuner le 10 juillet dernier. Ce jour là, le président du Sénat lui rapporte une conversation avec François Fillon qu'il a eue avant Noël: «Je suis interrogé sur l'emploi de mon épouse à la Revue des Deux Mondes». Phrase qui figure dans le livre à la page 263.

Contacté, Patrick Stefanini confirme qu’il a rencontré à deux reprises Gérard Larcher et évoqué avec lui la campagne présidentielle. La première fois, lors d’un déjeuner, le 10 juillet, comme c’est rapporté dans le livre, en présence de Patrick Dray, conseillé politique du président du Sénat. L’ex directeur de campagne confirme les termes exacts de la phrase prononcée ce jour là par le sénateur des Yvelines. Après avoir terminé ses entretiens avec Carole Barjon, Patrick Stefanini est retourné voir Gérard Larcher courant octobre pour se faire préciser les termes exacts employés par François Fillon lors de leur conversation eue quelques jours avant Noël.

A lire : Le cadeau de 300.000 euros de Fillon à Sarkozy

Dans ce livre, M. Stefanini témoigne de ce qu’il a vécu au cœur de l’équipe du candidat Les Républicains. Après moultes(...)


Lire la suite sur Paris Match

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages