La réponse à l'énigme de l'atmosphère si chaude du Soleil se trouve-t-elle dans les « camp fires » ?

Nathalie Mayer, Journaliste
·2 min de lecture

La couronne de notre Soleil — comprenez, son atmosphère —, c’est entre un et trois millions de degrés Celsius. Soit plusieurs centaines de fois plus que la température qui règne à la surface de notre étoile. Pas plus de 6.000 °C. Une anomalie que les astronomes peinent à expliquer. Ils en parlent comme de l’énigme du chauffage de la couronne solaire. Et aujourd’hui, des chercheurs espèrent enfin faire la lumière sur le phénomène grâce à des « feux de camps » qu’ils ont observés à la surface du Soleil.

En juin dernier, l’Agence spatiale européenne avait publié des images inédites de la mission Solar Orbiter. Les plus proches jamais prises de notre Soleil, à moins de 76 millions de kilomètres. Il y apparaissait de mini-éruptions solaires, un peu partout sur la surface. Celles-là mêmes que les astronomes ont surnommées des « feux de camp ». Des éruptions durant de 10 à 200 secondes, s’étendant sur 400 à 4.000 kilomètres et se développant sur moins de 5.000 kilomètres au-dessus de la surface seulement.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Une équipe internationale de chercheurs a travaillé sur ces précieuses données pour développer des simulations informatiques. Des modèles qui sont capables de générer des « feux de camp » à la surface de notre étoile. Et ensuite de calculer l’énergie émise par le Soleil comme si elle était mesurée par un instrument dédié.

Un « feu de camp » solaire tel que généré par les simulations informatiques développées par les chercheurs à partir de données de Solar Orbiter. À gauche, une vue dans l’extrême ultraviolet semblable à celle que pourrait renvoyer la mission solaire. À droite, un magnétogramme montrant, en noir et...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura