"On me répétait qu'il fallait avaler des couleuvres" : d'anciens ministres issus de la société civile racontent les difficultés qu'ils ont rencontrées

Vincent Matalon, Margaux Duguet
"On me répétait qu'il fallait avaler des couleuvres" : d'anciens ministres issus de la société civile racontent les difficultés qu'ils ont rencontrées

Nicolas Hulot à la Transition écologique et solidaire, Elisabeth Borne aux Transports, Jean-Michel Blanquer à l'Education, Laura Flessel aux Sports... C'était une promesse d'Emmanuel Macron : dans le gouvernement d'Edouard Philippe nommé mercredi 17 mai, onze des vingt-deux ministres sont issus de la société civile. La proportion de ces personnalités jamais élues ou passées par des cabinets ministériels est inédite dans un gouvernement.

Mais par le passé, d'autres représentants de la société civile se sont déjà retrouvés propulsés sous les ors de la République, forcés d'apprendre sur le tas les us et coutumes d'un monde qui n'était pas le leur. Franceinfo a demandé à quatre anciens ministres issus de la société civile de raconter les difficultés auxquelles ils ont dû faire face.

Apprendre les codes : "C'est ce qui a été le plus difficile"

Elle était dans "une réunion de terrain" lorsque sa secrétaire lui a annoncé que le Premier ministre cherchait à la joindre. Nous sommes en mai 2002, et Dominique Versini, alors directrice générale du Samu social de Paris, a une demi-heure pour décider ou non de plonger dans le grand bain de la politique. Jean-Pierre Raffarin, fraîchement nommé Premier ministre de Jacques Chirac, lui propose le poste de secrétaire d'Etat chargée de la Lutte contre la précarité et l'exclusion. "Je lui ai demandé en quoi ça consistait, il me l'a détaillé et j'ai dit OK", se souvient-elle.

Si elle décrit ce monde nouveau comme "passionnant", les débuts sont pourtant difficiles. "Il y a beaucoup de pièges. C'est un monde très complexe", juge celle qui est aujourd'hui adjointe à la mairie de Paris en charge des Familles, des Personnes âgées et de la Solidarité. Ce "monde complexe", c'est d'abord celui des politiques chevronnés : des gens "qui se connaissent depuis longtemps" et qui "chassent en (...) Lire la suite sur Francetv info

Législatives : Marine Le Pen candidate à Hénin-Beaumont
Législatives : votre député actuel se représente-t-il en juin ?
Emmanuel Macron fixe la feuille de route au Conseil des ministres
Législatives : votre député actuel se représente-t-il en juin ?
ENQUETE FRANCEINFO. Législatives : au moins 212 députés sortants ne se représentent pas au mois de juin

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages