La réouverture des discothèques ne va pas taire les free parties

·2 min de lecture

Médiatisées depuis le début de la crise sanitaire, les fêtes clandestines attirent. Un engouement qui en dit long sur le besoin de renouveau dans le milieu de la nuit.

FÊTE - Danser au beau milieu de la nuit sous une boule à facettes, renverser son verre sur un inconnu, perdre quatre fois son ticket pour les vestiaires, puis le retrouver. On y est presque. À moins d’une semaine de la réouverture des discothèques, fixée au vendredi 9 juillet, l’excitation monte.

Des jauges d’accueil du public ont d’ores et déjà été envisagées: une capacité de 100% pour les discothèques en extérieur, et de 75% pour les espaces intérieurs. Le port du masque ne sera pas obligatoire en intérieur, mais recommandé. Des tests de dépistage rapide pourront être proposés à l’entrée.

Ces décisions, elles ont été révélées le 21 juin, jour de la Fête de la musique, par le ministre délégué aux PME, Alain Griset. Elles sont salutaires. Aujourd’hui, les discothèques représentent 30.000 emplois directs et un milliard d’euros de chiffre d’affaires annuel, selon les syndicats. Fermées depuis le mois de mars 2020, certaines d’entre elles ont déjà mis la clé sous la porte.

Cependant, pour certains, cette annonce tombe un peu comme cheveu sur la soupe. Programmation musicale, mise en place d’un système de ventilation aux normes, etc. La saison estivale est déjà bien entamée. Comment se préparer in extremis? Devant l’incertitude du calendrier, certains acteurs du milieu de la nuit n’ont, eux, pas attendu la réouverture des discothèques pour s’organiser.

Naviguer à vue

C’est le cas du collectif la Culottée, né à Paris il y a bientôt dix ans. “Que ce soit au niveau des lieux, les projets des uns et des autres semblent s’être organisés...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles