Réouverture des discothèques : "Un an et demi qu'on attend de pouvoir danser"

·1 min de lecture

Une nuit de musique, de danse et de transe pour des milliers de fêtards. Du moins ceux pour qui les boîtes de nuit habituelles avaient rouvert vendredi soir, car seuls 30% des 1.541 discothèques de France ont rallumé la sono. À Paris, notamment, avec par exemple le célèbre cabaret "Madame Arthur" en plein cœur de Pigalle dans le 18e arrondissement de la capitale. Dès le début de la soirée, avant l'ouverture des portes, une cinquantaine de personnes patientaient déjà sur le trottoir devant la façade rose de l'établissement.

"Ça fait un an et demi qu'on attend de pouvoir danser et de pouvoir faire la fête. D'ailleurs, mon amie qui est là a sorti sa plus belle robe à paillettes. On en profite !", nous confie une jeune fille dans la file d'attente. "Je ne sais même plus comment on fait pour aller en boîte de nuit. On va redécouvrir quelque chose mais c'est comme le vélo, ça ne s'oublie pas", sourit un autre client.

>>Retrouvez Europe matin week-end en podcast et en replay ici 

Un protocole strict

À minuit, l'ouverture des portes est accueillie par quelques acclamations. Mais avant de franchir le seuil, il faut montrer patte blanche devant Jassim, régisseur de l'établissement. "On scanne les QR codes des pass sanitaire sur l'application Tous anti-Covid, ou alors les résultats de tests négatifs, ce qui conditionne l'entrée dans l'établissement", explique-t-il. Il faut ensuite scanner un cahier de rappel avec ses coordonnées.

Mais tout cela est vite oublié une fois sur la pist...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles