Réouverture des discothèques le 16 février : les professionnels restent exaspérés

·1 min de lecture
© AFP

"Une véritable casse", pour Morgan Dalle. Invité d'Europe midi week-end dimanche, le patron de l'Antique à Béthune, dans le Pas-de-Calais, et porte-parole du collectif SOS CHRD (pour cafés, hôtels, restaurants, discothèques) a fait les comptes dans le secteur des discothèques : sur les 1.600 boites de nuit que comptait la France début 2020, 300, soit près de 20%, ne pourront pas rouvrir leurs portes au 16 février prochain, date de la levée des restrictions par le gouvernement . "On nous a annoncé une réouverture, mais c'est surtout la fermeture supplémentaire pour quatre semaines que l'on voit", a-t-il affirmé, excédé par les récentes décisions gouvernementales.

>> Retrouvez Europe midi week-end en podcast et en replay ici 

Le flou sur les conditions de réouverture

"On nous ferme quatre semaines de plus, alors qu'une étude de l'AP-HP stipule qu'il n'y a pas de sur-risque de propagation (du virus) en discothèque. Nous n'avons eu aucun cluster depuis septembre, et en ce moment, 6.000 salles des fêtes sont ouvertes", a expliqué Morgan Dalle, qui souhaite désormais se tourner vers le 16 février. Mais les conditions de réouverture sont encore "floues" : "Il y a énormément de conditionnel. On ne nous en a pas brossé les contours (jauges, masques). On a l'impression qu'on sert de levier politique quelques semaines avant l'élection présidentielle. Est-ce que notre ouverture sera pérenne ?"

>> LIRE AUSSIRéouverture des discothèques : entre soulagement et amertume pour ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles