Rémy Daillet, arrêté en Malaisie, a entamé une grève de la faim selon son avocat

·1 min de lecture

Rémy Daillet, figure d'un mouvement complotiste soupçonné d'avoir contribué à l'organisation de l'enlèvement de la petite Mia en avril, a entamé une grève de la faim depuis sa cellule en Malaisie où il a été arrêté samedi, a annoncé lundi son avocat à l'AFP. "Cette famille française et leurs enfants sont détenus dans des conditions inhumaines et dégradantes extrêmement difficiles et monsieur Rémy Daillet-Wiedemann a entamé une grève de la faim", a indiqué dans un communiqué son avocat, Me Jean-Christophe Basson-Larbi.

Arrêtés pour visas expirés 

Sous le coup d'un mandat d'arrêt international, Rémy Daillet a été interpellé sur l'île touristique de Langkawi, au Nord-Ouest de la Malaisie où il résidait, avec sa compagne enceinte et ses trois enfants. Leur avocat souligne que Rémy Daillet et sa famille n'ont pas été arrêtés dans le cadre de l'affaire de l'enlèvement de la petite Mia mais parce que leurs visas sont expirés.  

>> LIRE AUSSI"Des gens courageux" : Rémy Daillet-Wiedeman se félicite du rapt de Mia, colère des grands-parents

"Rémy Daillet-Wiedemann et sa famille séjournent régulièrement en Malaisie où ils sont installés depuis plus de six ans et parfaitement intégrés. En raison des confinements liés au Covid, les administrations ont été fermées, empêchant les renouvellements des visas des étrangers résidant sur l'île de Langkawi", poursuit Me Basson-Larbi. 

Pas de lettre de soutien pour la démarche

Celui-ci précise que la famille a déposé une demande d'extension ...


Lire la suite sur Europe1