L'Agence européenne des médicaments et la Commission européenne valident le vaccin Pfizer-BioNTech

·3 min de lecture

En Europe, les campagnes de vaccination à grande échelle vont pouvoir commencer. L'Agence européenne des médicaments (AEM) a autorisé lundi 21 décembre le vaccin Pfizer-BioNTech. Elle a été suivie peu après par la Commission européenne. L'apparition en Angleterre d'une nouvelle variante du coronavirus sème inquiétude et incertitudes. Mais d'après les experts, rien ne prouve à ce stade que cette variante entraîne des formes plus graves ou qu'elle résistera aux vaccins.

L'Agence européenne des médicaments (AEM) a autorisé lundi 21 décembre le vaccin Pfizer-BioNTech, ouvrant la voie à un possible coup d'envoi des vaccinations dans l'Union européenne (UE) avant la fin de l'année. L'AEM avait avancé d'une semaine la réunion initialement prévue le 29 décembre, au cours de laquelle elle devait annoncer sa décision, alors que l'Allemagne et d'autres pays ont fait pression pour une décision rapide.

C’est le comité pour les médicaments humains qui a donné son feu vert au vaccin. Après une évaluation raccourcie à l’extrême grâce à l’accélération des procédures administratives, l’AEM a pu recommander à la Commission européenne de délivrer une autorisation conditionnelle du BNT162b2, le nom du vaccin de BioNTech et Pfizer.

Quelques heures plus tard, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a ensuite annoncé qu'elle autorisait la distribution du vaccin dans l'UE. « L'Agence européenne des médicaments a évalué ce vaccin minutieusement et a conclu qu'il était sûr et efficace contre le Covid-19. Sur la base de cette évaluation scientifique nous avons procédé à son autorisation sur le marché de l'Union européenne », a déclaré Mme Von der Leyen, en précisant que les premières vaccinations auraient lieu entre le 27 et le 29 décembre.

Efficace contre la nouvelle souche ?

« Je suis ravie d'annoncer que le comité scientifique de l'AEM s'est réuni aujourd'hui et s'est montré favorable à une autorisation de mise sur le marché conditionnelle dans l'UE pour le vaccin développé par Pfizer et BioNTech », a déclaré la directrice générale de l'AEM, Emer Cooke, au cours d'une conférence de presse en ligne.

« Notre avis scientifique ouvre la voie à la première autorisation de mise sur le marché dans l'UE », a-t-elle affirmé, précisant que l'autorisation doit couvrir l'ensemble des 27 États-membres de l'Union européenne. Les appels à une action rapide s'étaient multipliés après que le Royaume-Uni et les États-Unis ont accordé une autorisation d'urgence au vaccin Pfizer-BioNTech, développé par le géant américain Pfizer et l'entreprise allemande BioNTech.

« Ces derniers mois, l’Agence européenne des médicaments a vu le débat intense dans l’arène publique entre ceux qui demandaient une approbation plus rapide et ceux quo s’inquiétaient d’un développement trop rapide pour garantir la sécurité, a encore déclaré Emer Cooke. Même si nous avons tout fait pour accélérer le processus d’évaluation, notre priorité numéro un a été de garantir la sécurité du vaccin. Ces vaccins seront donnés à des millions de personnes à travers l’UE et nous connaissons pertinemment notre énorme responsabilité, celle de prendre la bonne décision pour les citoyens européens »

Emer Cooke a ajouté lundi 21 décembre qu'il n'existe pour l'instant « aucune preuve » permettant de dire que le vaccin Pfizer-BioNTech ne protégerait pas contre la nouvelle souche du coronavirus, signalée principalement au Royaume-Uni/