Le régulateur britannique défend sa position sur les vaccins

·2 min de lecture
LE RÉGULATEUR BRITANNIQUE DÉFEND SA POSITION SUR LES VACCINS

LONDRES (Reuters) - L'autorité britannique des médicaments a déclaré vendredi que les données des premières semaines d'administration des vaccins anti-COVID-19 fabriqués par Pfizer et AstraZeneca ont confirmé leur sécurité, soulignant que les deux vaccins répondaient à de strictes normes réglementaires.

"Les données que nous avons recueillies montrent que ces vaccins sont sûrs et continuent de répondre aux normes réglementaires rigoureuses requises pour tous les vaccins", a déclaré dans un communiqué June Raine, directrice générale de l'Agence britannique de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA). "Nous restons convaincus que les avantages de ces vaccinsl'emportent sur les possibles risques", a-t-elle affirmé.

Les régulateurs britanniques ont aussi reçu les données d'essais supplémentaires d'AstraZeneca qui confirment leur opinion selon laquelle le vaccin, développé avec l'Université d'Oxford, est efficace chez les personnes âgées de plus de 65 ans, a déclaré vendredi un responsable des vaccins.

La Grande-Bretagne a commencé à administrer le vaccin d'AstraZeneca à toutes les tranches d'âge après le feu vert de la MHRA à la fin décembre.

D'autres pays européens, comme la France ou l'Allemagne, ne le recommandent que pour les moins de 65 ans faute de données suffisantes pour les classes d'âge supérieures.

"Néanmoins, il n'y avait aucune preuve suggérant que le vaccin n'était pas efficace chez les personnes de plus de 65 ans", a assuré Munir Pirmohamed, président du groupe de travail d'experts de la Commission sur la médecine humaine interrogé par Reuters, lors d'un point de presse de la MHRA.

June Raine, directrice générale de la MHRA, a quant à elle défendu les décisions de l'autorité de régulation.

"Je pense que notre position est très claire en ce qui concerne la rigueur scientifique que la MHRA poursuit dans l'intérêt de la confiance et de la sécurité publiques et de l'efficacité de ces importants vaccins", a-t-elle déclaré.

L'Université d'Oxford a quant à elle indiqué vendredi que de nouvelles données confirmaient que son vaccin est aussi efficace contre le variant du coronavirus identifié pour la première fois dans le Kent, dans le sud de l'Angleterre, que contre les autres variants circulant actuellement en Grande-Bretagne.

(Alistair Smout; version française Federica Mileo, édité par Jean-Stéphane Brosse)