Régionales : Xavier Bertrand se dit le seul "à pouvoir éviter la victoire des extrêmes"

·2 min de lecture

Quelques jours après l'annonce d'une union des forces de gauche, Xavier Bertrand considère que sa liste aux régionales en Hauts-de-France est la seule à pouvoir éviter la victoire des extrêmes et du RN.

Le président sortant du Conseil régional de Hauts-de-France Xavier Bertrand a présenté dimanche sur France 3 la liste qu'il conduira aux régionales de juin comme la seule à pouvoir éviter la victoire des extrêmes et du RN, quelques jours après l'annonce d'une union des forces de gauche.

"Avec mon équipe, nous sommes les seuls à pouvoir éviter la victoire des extrêmes et la victoire du Front national", a assuré Xavier Bertrand, dans l'émission "Dimanche en politique" sur France 3 Hauts-de-France, soulignant que sa priorité depuis le début de son engagement politique était de "tout faire pour empêcher le FN de l'emporter, de gagner dans ma région et de gagner dans notre pays".

Alors que le Rassemblement national (RN) constitue la seule opposition à sa majorité au Conseil régional depuis les dernières régionales, où le PS s'était retiré pour éviter la victoire de la liste de Marine Le Pen, Xavirer Bertrand a dit avoir constaté que le parti pratiquait "le mensonge comme ligne de conduite et surtout l'absence de propositions".

"Ce sont les amis de M. Mélenchon qui tirent les ficelles" de la liste menée par Karima Delli

Interrogé sur la liste unissant EELV, insoumis, communistes et socialistes, qui sera menée par l'écologiste Karima Delli, après un accord trouvé jeudi, "c'est une liste de gauche mais ce sont les amis de M. Mélenchon qui tirent les ficelles", a-t-il pointé.

Sa propre liste, qui sera aussi opposée à celles menées par Sébastien Chenu pour le RN et par le secrétaire d'Etat chargé des retraites Laurent Pietraszewski pour la majorité présidentielle, sera "une liste de très large rassemblement", qui ne sera pas composée par "les états-majors parisiens", a insisté celui qui n'est plus membre de LR.

"Je suis un homme(...)


Lire la suite sur Paris Match