Régionales: Thierry Mariani, candidat pour le Rassemblement national en Paca

·2 min de lecture

L'ancien ministre sarkozyste Thierry Mariani, aujourd'hui eurodéputé RN, a confirmé qu'il porterait les couleurs du Rassemblement national pour les élections régionales de juin en Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca).

"J'ai décidé, après avoir longuement réfléchi, d'être candidat", annonce dans un entretien au quotidien La Provence l'ex-ministre des Transports Thierry Mariani, qui s'exprimait jeudi aussi Nice-Matin. Disant s'être notamment interrogé sur "la grosse responsabilité" que cela implique, il assure : "J'y vais parce que je pense que je l'assumerai".

Le nom de Thierry Mariani, 62 ans, circulait depuis plusieurs mois pour prendre la tête de la liste RN en Paca, où plusieurs instituts de sondage l'ont placé en tête du premier tour. Il serait cependant, selon ces études, devancé au second tour par son ancien ami Renaud Muselier, président LR sortant de Paca qui doit officialiser prochainement sa candidature.

Interrogé sur cette compétition avec Renaud Muselier qui a succédé à Christian Estrosi à la tête de l'assemblée régionale quand ce dernier a souhaité se faire réélire à Nice, Thierry Mariani estime dans La Provence que les deux hommes étaient désormais ses "concurrents, pas (ses) ennemis". Thierry Mariani avait lui-même conduit la liste de l'UMP dans la région en 2010.

Avec Muselier "la campagne sera ferme mais très correcte personnellement. On s'aime bien mais on cherchera à gagner le match, nos parcours ont évolué", constate-t-il. Se défendant d'avoir "commencé une carrière de girouette à 60 ans", après 42 ans au RPR devenu UMP puis LR, il dit reprocher à son ancien parti d'être devenu "un cartel d'élus", un "moulin à prière tibétain" avec "le même disque rayé depuis vingt ans".

"LR est aujourd'hui une formation à la dérive dont une partie des cadres, à l'instar de Christian Estrosi, est tentée de soutenir le président Macron. Mon parcours, de LR au RN, est celui de nombreux électeurs qui pensent comme moi que Charles(...)


Lire la suite sur Paris Match