Régionales en Provence-Alpes-Côte-d'Azur: la droite se morcelle après l'alliance LaREM-Muselier

Benjamin Rieth
·2 min de lecture
Le président sortant de Provence-Alpes-Côte d'Azur, Renaud Muselier. - NICOLAS TUCAT © 2019 AFP
Le président sortant de Provence-Alpes-Côte d'Azur, Renaud Muselier. - NICOLAS TUCAT © 2019 AFP

A moins de deux mois du scrutin des régionales, la droite se fracture en Provence-Alpes-Côte-d'Azur. Depuis dimanche, ténors des Républicains et élus locaux se divisent sur l'accord conclu entre le président de région LR Renaud Muselier et LaREM. Une division qui a débuté par le retrait de l'investiture LR du président sortant.

Déjà, la question d'une nouvelle liste LR face à Muselier est posée. Parmi ses défenseurs, Eric Ciotti. Le député des Alpes-maritimes qui "condamne fermement" le choix de Renaud Muselier évoque ce lundi sur Europe1, une "hypothèse" pour la création d'une liste LR.

Le maire de Cannes, David Lisnard, a lui aussi plaidé dès dimanche dans le journal Nice-Matin pour une "liste claire, nouvelle et fraîche". "Nous sommes au pied du mur, dans la mesure du possible il faudrait faire une liste", a pour sa part affirmé l'eurodéputé François-Xavier Bellamy sur Public Sénat. Le patron des sénateurs LR, Bruno Retailleau, estime pour sa part dans Le Figaro que la constitution d'une nouvelle liste serait dans "la logique".

Cette question sera largement évoquée ce mardi au cours d'un comité stratégique des Républicains.

"Une attitude suicidaire"

Mais face à ce tir groupé contre Renaud Muselier, d'autres élus de la région élèvent désormais la voix pour défendre cet accord. "Pour les régionales, qui sont des élections locales, il faut faire fi de la politique politicienne. Et voter pour des hommes et des femmes de qualité qui ont envie de se battre pour notre territoire", insiste Daniel Spagnou, maire LR de Sisteron, sur BFM DICI.

"Pour une fois qu’on fait une union qui tient la route, j’y suis très favorable, a-t-il complété. Je ne comprend pas cette attitude suicidaire, et j’espère quer Les Républicains ne vont pas présenter une liste. Parce que là, ils feraient le jeu de Thierry Mariani".

Soutien d'élus locaux

Renaud Muselier a également reçu le soutien d'Arnaud Murgia, maire LR de Briançon. Sur Twitter, l'élu a interpellé sa famille politique: "C’est parce qu’il a été un excellent Président de région que Renaud Muselier sera réélu, pas parce qu’il mettra un logo sur une affiche".

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Le maire LR de la ville de Manosque est lui aussi monté au créneau. "Si nous suivons la logique de Christian Jacob, Eric Ciotti et Julien Aubert sur Renaud Muselier, j'imagine que les Républicains vont retirer l'investiture à Gilles Platret après son accord (avoué) avec Debout la France?", a écrit Camille Galtier sur Twitter.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Un argument mis en avant également par le ministre de l'Économie, lundi matin. Bruno Le Maire, a ouvertement critiqué "ceux qui font alliance localement avec le parti de Nicolas Dupont-Aignan", défendant au contraire "le choix de la constance" de Renaud Muselier tandis que cette alliance semble marquer le "divorce" entre "deux droites irréconciliables".

Article original publié sur BFMTV.com