Régionales, présidentielle: pour Bertrand, ses candidatures découlent de la "même logique"

·2 min de lecture
Xavier Bertrand, tête de liste DVD/UDI/LR aux régionales dans les Hauts-de-France, était ce jeudi l'invité de Lille Politiques, en partenariat avec 20 Minutes. - BFMTV
Xavier Bertrand, tête de liste DVD/UDI/LR aux régionales dans les Hauts-de-France, était ce jeudi l'invité de Lille Politiques, en partenariat avec 20 Minutes. - BFMTV

"Dans les solutions que je veux apporter (...), il y a ce que peut faire la région mais c'est aussi au sommet de l'État que les solutions les plus importantes doivent être prises". Invité de BFM Lille ce jeudi soir, Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France, candidat à sa réélection, ainsi qu'à l'élection présidentielle de 2022, a justifié sa double candidature.

"Pour la santé, je veux davantage de responsabilités pour les régions. Qui prendre cette décision ? C'est au sommet de l'État. Je veux stopper la prolifération d'éoliens, la région a une partie des pouvoirs, la grande partie des décisions, ça dépendra du sommet de l'État. La sécurité: la première responsabilité est celle de l'État", a-t-il énuméré.

"Je connais bien cette école du terrain"

Pour l'ancien membre des Républicains, les deux candidatures découlent de la "même logique", de la "même campagne", pour "un maximum d'efficacité pour nos concitoyens".

"Il y a ces réponses, qu'avec mon équipe, je porte pour ces élections régionales et il y a aussi une grande part des réponses que je veux apporter dans cette campagne présidentielle. Je n'ai pas fait l'ENA, mais je connais bien cette école du terrain, c'est celle de cette région et tout ce que j'ai pu y apprendre à sa tête, et ça c'est important", a-t-il ajouté, assurant avoir été "particulièrement fier d'assumer ces fonctions de président de région".

Interrogé sur une éventuelle incompréhension des habitants des Hauts-de-France vis-à-vis de cette double candidature, Xavier Bertrand persiste et signe: "Quand les gens m'en parlent, ce n'est pas pour dire 'on ne comprend pas', c'est pour dire 'on espère que le bon sens qu'on a chez nous, vous le ferez remonter'".

Menacé par le RN au second tour

D'après le dernier sondage Elabe pour BFMTV, l'actuel président, qui reste favori pour les élections régionales, est cependant menacé par le Rassemblement national. Il est ainsi crédité de 35% des intentions de vote au premier tour, juste devant la liste RN de Sébastien Chenu, créditée de 32%.

Au second tour, dans l'hypothèse d'une triangulaire, c'est-à-dire si la liste de la majorité présidentielle, menée par Laurent Pietraszewski , ne se maintenait pas, Xavier Bertrand obtiendrait 46% des voix. Dans le cas d'une quadrangulaire, avec LaREM toujours en course, l'avance de Xavier Bertrand se réduirait avec 37%, contre 34% pour le RN.

Article original publié sur BFMTV.com