Régionales en PACA : une victoire aux allures de défaite pour Emmanuel Macron

·1 min de lecture

L’annonce faite par Jean Castex au JDD, ce dimanche, d’un accord entre La République en Marche et Renaud Muselier pour les élections régionales en PACA a provoqué un petit tremblement de terre.

Ce qui s’est passé ce dimanche restera certainement comme une date dans l’histoire de la recomposition de la politique française. L’acte 1er de cette recomposition avait évidemment été l’élection d’Emmanuel Macron, il y a quatre ans. Une candidature qui était née sur les ruines encore fumantes du Parti socialiste, et qui avait ensuite déstabilisé la droite avec, c’était l’acte 2, la nomination d’Édouard Philippe à Matignon, une stratégie confirmée ensuite avec le choix de Jean Castex, lui aussi issu de la droite, comme Premier ministre. Voici donc l’acte 3 : dans l’une des plus grandes régions françaises, les candidats sous étiquette Macron vont se ranger derrière un des hommes forts de la droite, président sortant de ce territoire et qui plus est patron du parti Les Républicains dans les Bouches-du-Rhône. C’est du jamais vu !

Il n’y aura donc pas de liste La République en Marche dans cette région ?

Exact, ce qui est évidemment un échec pour Emmanuel Macron. Une fois de plus, il est obligé de constater que son parti n’existe pas, qu’il est incapable de se faire une place dans les territoires, incapable d’être à la manœuvre dans la recomposition politique. Il n’impulse rien, il subit. Résultat, le parti présidentiel se dissout dans plus fort que lui. Pourtant, à bien y regarder, cet éch...


Lire la suite sur Europe1