Régionales en Paca – Hubert Falco : « Je ne joue pas contre mon camp »

Propos recueillis par Jérôme Cordelier
·1 min de lecture
Hubert Falco
Hubert Falco

Hubert Falco est devenu maire de Toulon en 2001, après une élection historique contre le Rassemblement national. Réélu à chaque fois depuis, ancien secrétaire d'État de Jacques Chirac et de Nicolas Sarkozy, ex-sénateur, il est l'un des barons de la droite, toujours très influent dans la région Sud. Alors que l'annonce par Jean Castex du soutien de LREM à la liste Muselier aux régionales provoque une tempête au sein de son parti LR, il défend avec vigueur ce rapprochement avec la majorité présidentielle. Et répond vertement à « ses » camarades qui y voient une man?uvre politicienne.

Le Point : Vous avez pesé de tout votre poids pour que le parti présidentiel soutienne la liste conduite par Renaud Muselier en Paca. Pourquoi ?

Hubert Falco : Je ne vois pas ce qui m'empêcherait de travailler avec Emmanuel Macron. C'est un homme brillant, à l'écoute, et avec lequel on peut dialoguer facilement. Il y a une dizaine de jours, il m'a invité à l'Élysée pour un déjeuner en tête-à-tête, nous avons discuté pendant trois heures, c'était très plaisant. Je suis un homme libre. J'ai trouvé mes amis des Républicains très violents dans leur réaction l'autre soir. Qu'essayons-nous de faire en Paca ? Simplement ce que nous avons fait en 2001 quand on est venu me chercher parce que Toulon était aux mains du Front national et qu'il fallait aller au combat. J'avais alors posé comme condition que l'on me laisse composer ma liste avec des hommes et des femmes qui voulaient travailler [...] Lire la suite