Régionales en Paca: 15 candidats de la majorité sur la liste Muselier

·3 min de lecture

Quinze candidats de la majorité présidentielle seront présents sur la liste conduite par Renaud Muselier (LR) aux prochaines élections régionales en Provence-Alpes-Côte d'Azur, a annoncé vendredi le président sortant de la région lors d'un point presse.

M. Muselier a par ailleurs critiqué certains membres des Républicains (LR) opposés à l'ouverture de sa liste qui, selon lui, "remettent en cause la ligne rouge +pas de compromission avec le Front national+" (aujourd'hui Rassemblement national).

"Ma famille politique doit régler ce débat qui la ronge plutôt que de m'envoyer des fatwas par communiqué de presse", a-t-il ajouté.

"Ce sera la liste +Notre Région d'abord+, la liste des Républicains, de la droite, du centre et des démocrates", a lancé l'ancien secrétaire d'Etat de Jacques Chirac, expliquant que "pour la première fois dans l'Histoire de la région, 10 tendances politiques seront représentées, de la droite aux écologistes raisonnables".

"Sur les 135 noms de la liste, on retrouvera 15 personnes de la majorité présidentielle, dont les quatre élus sortants du Modem, les autres étant tous des élus locaux", a précisé M. Muselier, faisant également état de membres de La République en marche (sept) et d'Agir, également partenaire de la majorité.

Parmi les candidats de la majorité figurent Bertrand Mas-Fraissinet, référent LREM des Bouches-du-Rhône, et Graig Monetti, directeur de cabinet de la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal, mais pas en position éligible.

En revanche, la secrétaire d'Etat aux personnes handicapées Sophie Cluzel, ex-cheffe de file de LREM pour les régionales, n'y figure pas. "Elle a su faire preuve de responsabilité", a expliqué M. Muselier.

Début mai, la main tendue par ce dernier à la majorité présidentielle, reprise au bond par le Premier ministre Jean Castex qui avait annoncé le retrait de la liste Cluzel en évoquant une "recomposition politique", avait créé un psychodrame chez Les Républicains.

Après des débats acharnés, le parti avait finalement décidé de maintenir son soutien à Renaud Muselier à la condition qu'il renonce à accueillir des candidats de la majorité.

Interrogé par l'AFP sur le risque d'un retrait du soutien de LR après la présentation de sa liste, Renaud Muselier a lâché: "Ils feront ce qu'ils ont à faire. Moi, j'ai ma liste et elle est solide. Quelles que soient leur couleur, leur appartenance, ils sont d'ici, ce sont des élus locaux".

Il a rappelé que "la colonne vertébrale" de sa liste était constituée par Les Républicains.

Le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau et le député LR Eric Ciotti ont d'ores et déjà demandé à leur parti de retirer son soutien à M. Muselier

Ce dernier a condamné ceux qui veulent faire des régionales "un marchepied vers la présidentielle". "Paris ne peut pas tout décider", a-t-il lancé.

Clairement orientée sur la vie locale, la liste comprend 19 présidents de métropoles et d'intercommunalités et 43 maires dont 22 de communes de moins de 5.000 habitants.

En revanche, aucun parlementaire. Ni le député LR sortant Julien Aubert (Vaucluse), ni le sénateur sortant Philippe Tabarot (Alpes-Maritime), vice-président de la Région chargé des Transports, n'y figurent.

Renaud Muselier s'est exprimé aux côtés de cinq des six chefs de file départementaux, le sixième, Christian Estrosi (Alpes-Maritime) qui a claqué la porte des Républicains, s'exprimant en visiotransmission.

Les autres figures de proue sont François de Canson (LR), président du comité régional du tourisme pour la liste du Var où figure également le maire de Toulon démissionnaire de LR Hubert Falco.

Les autres têtes de liste sont Bénédicte Martin (LR), pour le Vaucluse, Chantal Eymeoud (centriste) pour les Hautes-Alpes et David Gehant (LR) pour les Alpes-de-Haute-Provence.

pr/iw/sp