Régionales: Pécresse en tête des intentions de vote, selon un sondage

·2 min de lecture
La présidente du conseil régional d'Ile-de-France, Valérie Pécresse, le 28 septembre 2020 à l'hôtel Matignon, à Paris
La présidente du conseil régional d'Ile-de-France, Valérie Pécresse, le 28 septembre 2020 à l'hôtel Matignon, à Paris

La présidente du conseil régional d'Ile-de-France, Valérie Pécresse (ex-LR), est en tête des intentions de vote pour les élections régionales, devant une liste de gauche menée par l'ancienne journaliste Audrey Pulvar, selon une enquête Ifop pour le Parti socialiste, publié jeudi.

Mme Pécresse, soutenue par LR, l'UDI et son mouvement Libres!, obtient 32% des intentions de vote au premier tour, devant Audrey Pulvar (17%), pressentie pour conduire la liste de gauche "Ile-de-France en commun". 

Elle est aussi devant le ministre de l'Education national Jean-Michel Blanquer (probable candidat LREM, 15%), l'eurodéputé Jordan Bardella (13%, RN), l'écologiste Julien Bayou (11%) et l'Insoumise Raquel Garrido (7%), selon l'enquête.

Si une union socialistes-écologistes d'EELV voyait le jour pour le second tour, elle talonnerait la liste de Pécresse avec 33% d'intentions de vote pour la gauche, contre 37% pour la droite. De leurs côtés, LREM obtiendrait 16% des intentions de vote, et RN 14%, selon le sondage Ifop.

Pour l'heure, hormis le secrétaire national d'EELV qui a annoncé son désir de mener la bataille aux régionales en Ile-de-France, aucun des autres candidats ne s'est officiellement déclaré.

Mme Pulvar, ancienne journaliste récemment élue et devenue adjointe à l'alimentation durable et l'agriculture urbaine à la maire de Paris Anne Hidalgo, est pressentie pour mener une liste d'union de personnalités politiques et soutiens de la société civile, soutenue par les socialistes, communistes, le Parti radical de gauche et des écologistes. 

La néophyte en politique a récemment proposé la gratuité des transports en commun en Ile-de-France. La proposition a été raillée par ses adversaires de droite comme de gauche, jugée trop coûteuse et "démagogue" par Valérie Pécresse et qualifiée de "fausse bonne idée" par Julien Bayou. Mais elle séduit 67% des Franciliens, d'après le sondage Ifop. 

Les élections régionales doivent se dérouler en mars 2021, mais l'épidémie du Covid-19 pourrait entraîner un report du scrutin. Le Premier ministre Jean Castex a chargé mercredi Jean-Louis Debré, ancien président du Conseil constitutionnel, de mener une mission pour décider d'ici la fin de l'année si la date doit être repoussée ou non.

Le sondage Ifop a été réalisé par questionnaire en ligne et par téléphone du 14 au 19 octobre auprès d'un échantillon représentatif de 1.101 personnes, selon la méthode des quotas (marge d'erreur de 1,4 à 3,1 points).

mvo-bat/pab/bma