Régionales: Muselier annonce une liste de "rassemblement", avec 15 membres issus de la majorité

·3 min de lecture
Renaud Muselier, le président la région Sud Provence-Alpes-Côte d'Azur. - Alain JOCARD © 2019 AFP
Renaud Muselier, le président la région Sud Provence-Alpes-Côte d'Azur. - Alain JOCARD © 2019 AFP

Renaud Muselier a mis fin au doute. Mais a-t-il clos le débat qui agite Les Républicains (LR) sur la question d'une alliance avec La République en Marche (LaREM) en Paca depuis plusieurs semaines? Le président sortant, candidat à sa réélection, a dévoilé ce vendredi en conférence de presse les contours de la liste qu'il présentera au scrutin. Celle-ci inclut des membres la majorité présidentielle.

"Le temps est venu de présenter cette liste qui fait l’objet de tant de fantasmes, de tant de discussions, de critiques, de procès d’intention alors que personne ne l’a encore vue ", a-t-il lancé au début d'un discours aux allures de règlement de comptes.

Cette liste dite de "rassemblement" regroupe "pour la première fois neuf tendances politiques", "de la droite aux écologistes raisonnables". Et l'élu d'énumérer: "Les Républicains bien sûr, l’UDI, les centristes d’Hervé Morin, la France audacieuse de Christian Estrosi, le Mouvement de la ruralité, le Modem, Agir et LaREM". Sophie Cluzel, secrétait d'État en charge du handicap, a confirmé jeudi soir qu'elle ne présenterait pas de liste et a apporté son soutien au président sortant.

"Aucun ministre ni parlementaire"

"Sur la liste des 135, on retrouve 15 personnes issues de la majorité présidentielle, dont quatre élus sortant du Modem, a-t-il insisté. Les autres étant tous des élus locaux." Parmi eux, on retrouve notamment Bertrand Mas-Fraissinet, référent LaREM dans les Bouches-du-Rhône, et Graig Monetti, directeur de cabinet de Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, mais pas en position éligible. Comme Renaud Muselier l'avait annoncé, "aucun ministre ni parlementaire" ne figure dans ses rangs.

"Je rassemble sur la base de ma colonne vertébrale, ma famille politique, Les Républicains, a soutenu Renaud Muselier. Une famille politique en proie à une réelle crise interne. Plusieurs élus, dont les maires de Toulon et de Nice, ont décidé de rendre leur carte du parti. D'autres, comme Éric Ciotti ou Bruno Retailleau ont demandé le retrait du soutien de LR à la candidature de Renaud Muselier.

Thierry Mariani en tête des sondages

La menace que constitue le Rassemblement national, conduit par Thierry Mariani dans la région, justifie également la nécessité d'une union, selon Renaud Muselier. "Je rassemble car nous valons mieux qu’une élection marche pied pour l’élection présidentielle de Marine Le Pen. Mon engagement est régional. On s’honore toujours à se dépasser et à additionner plutôt que de soustraire", estime l'intéressé.

La tête de liste RN semble avoir profité de l'imbroglio entre LR et LaREM. Selon un sondage Ifop-Fiducial pour Le Figaro et LCI, Thierry Mariani arriverait en tête au premier et au second tour des élections régionales en Paca. Sa liste récolterait 38% des voix au premier tour, contre 34% pour la liste menée par le président sortant. Au second, tour, Thierry Mariani est crédité de 40% d'intentions de vote. Soit quatre points de pourcentage de plus que Renaud Muselier.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles