Régionales : Jordan Bardella annonce une plainte en diffamation contre Valérie Pécresse

·2 min de lecture

Le numéro 2 du RN, tête de liste pour les régionales en Ile-de-France, va déposer plainte en diffamation contre sa rivale Valérie Pécresse après des tweets visant des candidats RN.

Le numéro 2 du RN Jordan Bardella, tête de liste pour les régionales en Ile-de-France, a annoncé le dépôt d'une plainte en diffamation lundi contre sa rivale Valérie Pécresse (ex-LR) après des tweets visant des candidats RN. "Une plainte est engagée" et sera formalisée "dans le courant de la journée", a affirmé Jordan Bardella au Talk du Figaro. "La campagne électorale ne permet pas toutes les calomnies", a-t-il ajouté en parlant de "boules puantes à quelques jours des élections".

L'équipe de Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France, avait dénoncé la présence sur les listes de Jordan Bardella de plusieurs candidats ayant tenu des propos relevant de la "haine des musulmans", de "l'antisémitisme" et du "racisme", notamment "contre les Chinois", sur les réseaux sociaux. Jordan Bardella avait ensuite affirmé à l'AFP que l'une des personnes incriminées, l'avocat Gilles Naudet, n'avait "jamais possédé de compte twitter" et "n’est évidemment pas l’auteur des propos incriminés".

Des "méthodes de voyous"

"Ces méthodes de voyous qui consistent à faire passer nos candidats pour des fous, pour des nazis, cette méthode qui a à peu près 40 ans est révolue et ne marche plus", a-t-il affirmé lundi. "Probablement que Mme Pécresse est un petit peu gênée parce que nous sommes en train de mettre sur la table un certain nombre de dossiers, de compromission de ses élus avec l'islamisme radical au cours de la mandature", a-t-il ajouté, estimant que la présidente sortante "entretient une ambiguïté avec l'islamisme radical".

Jordan Bardella a ajouté qu'il avait été "harcelé judiciairement (...) par la majorité de Valérie Pécresse pour avoir dénoncé les accointances notamment de Monsieur Beschizza, qui est sa tête de liste dans(...)


Lire la suite sur Paris Match