Régionales: dans le Grand Est, Morano ne votera pas pour Rottner et l'accuse de vouloir "dépecer LR"

·3 min de lecture
Nadine Morano lors d'un rassemblement de l'association des
Nadine Morano lors d'un rassemblement de l'association des

Après la région Paca, nouvelles bisbilles aux régionales chez Les Républicains (LR) dans le Grand Est. Dans Le Parisien vendredi, le président du conseil régional sortant, Jean Rottner, a confirmé que non, l'eurodéputée Nadine Morano ne figurerait pas sur sa liste.

"Je suis le sélectionneur d’une équipe, on part pour six ans de vie commune. Connaissant les thématiques portées par Nadine Morano et sa personnalité, je ne veux pas d’elle sur la liste", a-t-il justifié.

"Je n'accepte pas que le gaullisme s'efface devant le centrisme", a réagi l'ancienne ministre sarkozyste auprès du quotidien. "Il paraît que je suis TROP de droite...", a-t-elle tweeté dans la foulée.

"Jean Rottner et Renaud Muselier [en Paca, NDLR] sont deux artisans de Macron pour dépecer LR" s'insurge également Nadine Morano.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Retrait de LaREM au profit de LR en Paca

En région Paca, après plusieurs jours d'atermoiements, la ministre déléguée Sophie Cluzel a fini par retirer sa liste au profit de celle du sortant Renaud Muselier, face au risque d'une victoire du Rassemblement national. Ce qui n'est pas le cas en région Grand Est, puisque la majorité présidentielle sera représentée par la liste de la secrétaire d'Etat Brigitte Klinkert, ex-LR, soutenue par La République en marche (LaREM), Agir ou encore le MoDem.

"Il n’a jamais été question d’une fusion de liste au premier tour avec LaREM, cette idée est entretenue par mes amis de droite", a assuré Jean Rottner au Parisien. Quant au second tour? Le principa intéressé ne l'évoque pas.

Dati "regrette" la position de Rottner

"Je regrette que Jean Rottner, que je connais bien, n'ait pas pris dans son équipe Nadine Morano ou en tous les cas des personnes qu'elle avait suggérées", a réagi Rachida Dati ce lundi sur BFMTV-RMC. "Elle est très engagée dans cette région", a-t-elle ajouté.

"Soit (Christian Jacob) tape du poing sur la table et impose une ligne, soit LR implose!", exhortait Nadine Morano dans Le Parisien.

"Je réaffirme tout mon soutien ainsi que celui des Républicains à la liste de Jean Rottner et j'appelle à un rassemblement des électeurs de la droite et du centre à se mobiliser pour la victoire de sa liste", a publié sur Twitter le président de LR et député de Seine-et-Marne.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Le RN tend la main à Morano

Fermez le ban? Il semblerait qu'au sein de LR, ces discussions sur d'éventuels accords entre le parti de la rue de Vaugirard et LaREM sèment le trouble. Des remous qui illustrent un clivage au sein du parti, entre les élus considérés comme "Macron-compatibles" et les partisans d'une ligne plus dure.

Dans le Grand Est, la tête de liste du Rassemblement national (RN), Laurent Jacobelli, ne s'y est pas trompé. Jeudi, dans un tweet, "Jean Rottner préfère travailler avec les macronistes qu'avec vous? Dont acte! Moi, je serai ravi de compter sur votre vote", a tweeté à son endroit le candidat du parti d'extrême droite.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

"Laurent Jacobelli n'incarne pas le fascisme et n'est pas d'extrême droite", a estimé auprès du Parisien Nadine Morano. De là à ce que l'eurodéputée donne sa voix au RN? L'élue se garde de préciser pour qui elle votera, si ce n'est que ce ne sera "pas pour la liste de Jean Rottner".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles