Régionales en France: pourquoi le gouvernement demande l'avis des maires

·1 min de lecture

La question du report - ou pas - des élections régionales, prévues les 13 et 20 juin, n'en finit pas de faire débat. En décidant vendredi 9 avril de demander leur avis directement aux maires « via » les préfets, le gouvernement a relancé la polémique et suscité le soupçon de la part de l'opposition.

À gauche comme à droite, les dirigeants de l'opposition sont montés au créneau pour dénoncer ce qu'ils décrivent comme une « manoeuvre », une « manipulation » du gouvernement pour reporter les élections régionales.

Les partis et les associations d'élus déjà consultés par le Premier ministre avaient globalement demandé le maintien de ces dates. Alors, pourquoi le gouvernement a-t-il choisi d'envoyer un courrier directement aux maires, avant le débat au Parlement la semaine prochaine ?

Une ministre le disait il y quelques jours : « Je sens monter une réticence du bloc communal, sur les conditions d'organisation du scrutin. Un enfer ». Le maire de Nice, Christian Estrosi (Les Républicains), est venu dimanche 11 avril apporter de l'eau au moulin du gouvernement en déclarant : « La seule campagne qui doit prévaloir, c'est la campagne vaccinale [contre le Covid-19, ndlr]. »

Dans la majorité, certains poids lourds comme Richard Ferrand ou François Bayrou avaient déjà mis en garde contre le maintien du scrutin en juin, pour des raisons sanitaires mais aussi politiques. Des élections sans campagne, ce serait accorder une prime aux sortants comme Xavier Bertrand ou Valérie Pécresse, de potentiels adversaires d'Emmanuel Macron en 2022. Une chose est sûre : fort de l'expérience des municipales 2020, le gouvernement veut éviter de porter seul la responsabilité de la décision.