Régionales: pourquoi parle-t-on d'un "troisième tour" après le scrutin de ce dimanche?

·2 min de lecture
L'hémicycle du conseil régional de Paca à Marseille, en 2010 (illustration) - GERARD JULIEN / AFP
L'hémicycle du conseil régional de Paca à Marseille, en 2010 (illustration) - GERARD JULIEN / AFP

Ce dimanche, les Français sont appelés aux urnes pour le second tour des élections régionales. Ce vote a vocation à dégager une majorité au sein d'une assemblée élue. Le futur dirigeant de région ne sera donc pas officiellement désigné dimanche, contrairement à sa liste qui aura reçu l'onction du suffrage universel.

Si la présence d'un chef de file tend à personnifier le vote, les élections régionales fonctionnent, à l'instar des municipales, sur le modèle d'un scrutin de liste. Il s'agit là d'un scrutin de liste proportionnel avec prime majoritaire à deux tours. Le vote a lieu tous les six ans.

Initialement prévue en mars dernier, l'élection avait été repoussée de quelques semaines en raison de la crise sanitaire liée au Covid-19.

"3e tour" à majorité absolue

Dimanche soir donc, c'est la couleur politique majoritaire des différents conseils régionaux qui sera connue. Le ou la dirigeante de l'exécutif régional ne sera officiellement élu qu'après le vote des conseillers régionaux, lors de leur première séance plénière.

Sauf surprise, le nom est celui de la tête de la liste désignée dans les urnes. C'est ce qu'on surnomme "le troisième tour" du scrutin. Cette élection doit être entérinée par une majorité absolue.

>> Votes, participation, résultats, réactions... Suivez la journée électorale avec notre article en direct.

Préalable impératif à sa candidature, le futur président de région doit remettre, à chaque tour du scrutin, "une déclaration écrite présentant les grandes orientations de son programme", peut-on lire sur le site collectivites-locales.gouv.fr.

En tant que président de région, la personnalité élue est placée à la tête de l'exécutif régional. Elle exécute ainsi les décisions votées par la collectivité territoriale, et est aussi cheffe des services de la région.

13 régions métropolitaines

Les régions existent en tant que collectivités territoriales depuis une loi du 2 mars 1982. La première élection de conseillers régionaux au suffrage universel remonte à 1986.

Depuis le 1er janvier 2016 et l'entrée en vigueur de la loi NOTRe, la France compte 13 régions métropolitaines et 5 territoires ultramarins.

Cette composante du "millefeuille administratif" français est dotée de compétences notamment en matière d'éducation avec les lycées, d'aménagement du territoire, de transports, de formation professionnelle ou encore de développement économique.

Suivez toute la journée électorale sur BFMTV, et suivez à partir de 18 heures notre grande soirée avec tous les résultats, nos invités, nos experts.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles