Régionales: les communistes de l'Allier font dissidence et rejoignent Vallaud-Belkacem

·2 min de lecture
L'ancienne ministre de l'Education nationale française Najat Vallaud-Belkacem le 29 août 2020 à Blois

Les communistes de l'Allier ont confirmé samedi leur dissidence et leur ralliement à la liste "L'Alternative" menée par l'ancienne ministre socialiste Najat Vallaud-Belkacem pour les élections régionales en Auvergne-Rhône-Alpes.

"Dans l'Allier, on sait que la gauche ne gagne que lorsqu'elle est rassemblée", a indiqué le secrétaire fédéral départemental du PCF Yannick Monnet, en s'affichant aux côtés de la candidate lors d'une conférence de presse à Lyon.

Communistes et socialistes "ont l'habitude de travailler ensemble", a relevé celui qui s'est présenté comme "conseiller municipal de Moulins", une ville - a-t-il lancé en souriant à Mme Vallaud-Belkacem - "que tu connais bien".

L'élu faisait allusion au récent trou de mémoire de Mme Vallaud-Belkacem qui, sur un plateau télé, n'avait pas été en mesure de citer le nom de la préfecture de l'Allier.

Dans le reste de la région, les communistes sont alliés à La France insoumise au sein d'une liste menée par la sénatrice PCF de la Loire Cécile Cukierman.

Dans un communiqué annonçant la semaine dernière leur décision, les communistes de l'Allier avaient relevé que les fédérations du Puy-de-Dôme et du Cantal avaient pris une décision similaire lors d'un premier scrutin. Ceux de l'Allier ont confirmé leur choix par un second vote, à une large majorité (85% de "oui", avec une participation de 68,5%).

Un choix "historique" et "courageux" au sein d'un parti "qui a l'habitude d'être discipliné", a commenté M. Monnet.

Dès cette décision connue, Mme Cukierman avait jugé qu'une campagne régionale ne se résumait pas à "la satisfaction d'un égo" et menacé les dissidents d'éviction.

"Il ne s'agit pas d'une aventure individuelle", lui a répondu samedi Mme Vallaud-Belkacem. "C'est une fédération toute entière qui a pris cette décision à une très large majorité".

Elle a par ailleurs "pris acte" que les propositions "très ouvertes et équilibrées" faite aux autres formations de gauche, et notamment aux écologistes, n'aient pas reçu de réponse et annoncé que l'heure était désormais venue de faire campagne.

L'Alternative communiquera le 3 mai le nom de tous ses candidats pour le scrutin de juin, a indiqué son co-directeur de campagne Jean-François Debat.

fga/cca/cal