Régionales: un colistier de Valérie Pécresse se retire de la campagne après des accusations de viol

·2 min de lecture
La présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse (ex-LR), le 8 avril 2021 à Nogent-sur-Marne, près de Paris - BERTRAND GUAY © 2019 AFP
La présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse (ex-LR), le 8 avril 2021 à Nogent-sur-Marne, près de Paris - BERTRAND GUAY © 2019 AFP

Valérie Pécresse perd l'un de ses colistiers. Emmanuel Pruvost, 23e sur la liste des Hauts-de-Seine de la présidente sortante de la Région Île-de-France, a annoncé son retrait de la campagne pour les élections régionales après des accusations de viol par son fils diffusées sur Twitter.

Jeudi, un jeune homme se présentant comme le fils d'Emmanuel Pruvost publie un long message sur Twitter à l'intention de Valérie Pécresse. "C’est avec stupeur que je viens d’apprendre que Monsieur Pruvost, mon géniteur, ose se présenter sur votre liste alors qu’une plainte est déposée à son encontre et contre son père, pour viol et maltraitance sur ma personne", écrit-il, selon des informations relayées par Le Parisien.

D'après le quotidien, une plainte avait en effet été déposée à l'encontre d'Emmanuel Pruvost en 2020 dans l'Eure, l'accusant de complicité dans le viol du jeune homme et de ses deux soeurs par leur grand-père et leur tante.

Dans un communiqué, cet écologiste, délégué Ile-de-France du Mouvement écologiste indépendant, nie les faits et annonce qu'il souhaite déposer une plainte pour dénonciation calomnieuse et diffamation. Il annonce cependant se retirer de la campagne de Valérie Pécresse.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

"C'est à la justice de trancher"

"Il est confronté à des accusations très graves. Il a décidé de se retirer complètement de la campagne pour prouver son innocence", a réagi, de son côté, la candidate à sa réélection devant notre caméra. "Dans cette situation, c'est à la justice de trancher", a-t-elle poursuivi.

Ce dernier était placé en position "non éligible" dans les Hauts-de-Seine. S'il n'a pas la possibilité de démissionner de la liste, il a ainsi affirmé suspendre toutes ses activités en lien avec la campagne.

Article original publié sur BFMTV.com