Régionales: un candidat du RN en Bourgogne appelle les sympathisants à ne pas voter pour sa liste

·2 min de lecture
Le pupitre du Rassemblement national avant une conférence de presse (Photo d'illustration)  - AFP / Thomas Samson
Le pupitre du Rassemblement national avant une conférence de presse (Photo d'illustration) - AFP / Thomas Samson

"J'appelle les sympathisants à ne pas voter RN et à s'abstenir pour les régionales". S'agit-il du sentiment d'urgence d'une personnalité de gauche devant la possibilité d'une bonne performance du Rassemblement national aux régionales? De l'engagement d'un élu LR inquiet des hésitations ou tentations au sein de son parti? D'une nouvelle incarnation du ni-ni? Point du tout.

Ce cri du coeur jailli auprès de France 3 lundi est sorti de la poitrine de Franck Gaillard, pourtant lui-même candidat pour le RN aux Régionales en Bourgogne-Franche-Comté, figurant sur la liste mise sur pied en Côte-d'Or.

Un "différend" avec Julien Odoul

C'est sa position sur ladite liste départementale qui l'a poussé à jouer ainsi contre son camp. Il n'y est que neuvième, ce qui ne lui laisse pas grand espoir pour l'avenir en cas de défaite, bien que la Bourgogne-France-Comté soit l'une des régions dans lesquelles Marine Le Pen place un optimisme particulier.

"Nous avons eu un différend avec Julien Odoul pendant le mandat. Il prône les élus locaux de terrain. Mais il m'a mis à une place non-éligible en cas de défaite", a déploré Franck Gaillard auprès de France 3, continuant: "Je pense que c'est une grosse erreur politique de ne pas mettre les locaux en avant de la scène."

Ils sont nombreux dans le camp lepéniste à dénoncer le fait du prince, ou en l'occurrence le fait du leader pour le scrutin, Julien Odoul. Ainsi, Florence Lassarre, conseillère régionale RN sortante et non-reconduite, s'est elle aussi entretenue avec la télé régionale: "Certains collègues sont brillants. Ils ont été évincés et je ne sais pas pourquoi, parce que Julien Odoul n'est pas capable de nous le dire".

En bonne posture

France 3 s'est risqué à émettre une hypothèse. La chaîne évoque le contrecoup du départ de Sophie Montel, ancienne meneuse du FN en Bourgogne, qui a quitté le parti avec pertes et surtout fracas en 2017, accompagnant un moment Florian Philippot et à l'origine de l'affaire des assistants parlementaires européens.

L'envie de renouvellement semble en tout cas très forte dans cette antenne du RN. Seuls trois élus régionaux RN sortants se trouvent en position éligible en cas de défaite. Ceci étant dit: le pire n'est franchement pas assuré pour la formation d'extrême droite. Selon un sondage Opinion Way commandé par La République en Marche(LaREM) et dévoilé ce mardi par le site local info-chalon.com, la liste emmenée par Julien Odoul est donnée largement en tête au premier tour, avec 30% des intentions de vote exprimées, une dizaine de points au-dessus des équipes de son concurrent de droite Gilles Platret (20%) et de la présidente socialiste sortante du Conseil régional Marie-Guite Dufay (19%). En cas de quadrangulaire, il pourrait même l'emporter à l'issue du second tour.

Article original publié sur BFMTV.com