Régionales: Bertrand convaincu de pouvoir gagner "seul" dans les Hauts-de-France

·2 min de lecture
Le président des Hauts-de-France Xavier Bertrand le 25 avril 2021 à Paris

Le président des Hauts-de-France Xavier Bertrand, candidat à sa réélection en juin, a dit dimanche son dégoût des "arrangements" et s'est dit convaincu de gagner "seul" lors des prochaines élections régionales, après la controverse sur le retrait de la liste LREM au profit de Renaud Muselier en Paca.

"Pas d’arrangement, pas de confusion", a-t-il promis au regard de la situation dans les Hauts-de-France où l'ex-LR, par ailleurs candidat déclaré à la présidentielle, doit affronter le candidat RN Sébastien Chenu et une liste d'union de la gauche emmenée par l'écologiste Karima Delli, avec en embuscade le candidat LREM Laurent Pietraszewski, secrétaire d'Etat chargé des retraites et de la santé au travail.

"J’ai la conviction que nous pouvons gagner et que nous allons gagner seuls", a affirmé M. Bertrand invité sur BFM-TV.

"Même liste, même projet, premier et deuxième tours, je n’en changerai pas", a fait valoir l'ex-ministre du Travail et de la Santé.

Il a également prédit une "forte abstention" lors de ce scrutin organisé sur fond de déconfinement programmé mais de données épidémiques qui continuent de préoccuper autorités et personnels de santé.

Après l'annonce par le Premier ministre Jean Castex du retrait de la liste LREM au profit du président LR sortant de la région Paca Renaud Muselier, Xavier Bertrand a tiré à boulets rouges sur Emmanuel Macron qu'il pense défier en 2022.

"L’accord Macron-Muselier est un terrible aveu d’échec pour Emmanuel Macron" car "En Marche est incapable de se mettre sur la ligne de départ sur les régionales", a estimé le patron des Hauts-de-France.

"Renaud Muselier fait une erreur. Avec En Marche il ne gagnera pas", a-t-il dénoncé, en ajoutant que "les LR n’ont pas vocation à être les supplétifs d’En Marche".

"La victoire est au bout du chemin pour ceux qui resteront droit", a-t-il conclu.

En 2015, M. Bertrand avait remporté la nouvelle collectivité Hauts-de-France rassemblant les ex-régions du Nord-Pas-de-Calais et de la Picardie en battant au second tour Marine Le Pen, après le désistement à son profit du candidat socialiste.

grd/reb/sp