Régionales en Auvergne-Rhône-Alpes: Vallaud-Belkacem prédit que la gauche sera réunie après le 1er tour

·2 min de lecture
L'ancienne ministre de l'Education nationale française Najat Vallaud-Belkacem le 29 août 2020 à Blois - Guillaume SOUVANT © 2019 AFP
L'ancienne ministre de l'Education nationale française Najat Vallaud-Belkacem le 29 août 2020 à Blois - Guillaume SOUVANT © 2019 AFP

Elle l'affirme: "au soir du premier tour (des régionales, NDLR), la gauche sera rassemblée sur un contrat clair". Najat Vallaud-Belkacem, tête de liste PS pour les élections régionales en Auvergne-Rhône-Alpes, s'est confiée à nos confrères du JDD, à trois semaines du premier tour, le 20 juin prochain.

L'ancienne ministre de l'Éducation, qui veut incarner une "alternative" à la politique et à la gouvernance de l'actuel président de région Laurent Wauquiez (LR), rassemble dans sa liste "dix formations" de gauche, dont Cap écologie, le Parti radical de gauche (PRG) et la Gauche républicaine et sociale.

La gauche unie aux départementales

D'après elle, si "à l'évidence, la gauche traverse une passe difficile", le l'union reste possible. Et de citer l'exemple des élections départementales en Auvergne-Rhône-Alpes, qui ont lieu au même moment que les régionales, où "nous sommes rassemblés presque partout". "Le rassemblement est donc possible lorsque le scrutin nous l'impose", plaide-t-elle.

Dans le cas des régionales, le "mode de scrutin" pousse les formations à "faire valoir leur identité dans un premier tour et à se retrouver au second", affirme-t-elle.

Dernière dans les sondages

L'ex-ministre garde l'oeil rivé sur la présidentielle de 2022, pour laquelle "l'union est une obligation".

"Il faut organiser une primaire commune aux formations de gauche et choisir un candidat commun", explique-t-elle, assurant que "la gauche aura sa place dans la présidentielle en se recontruisant par les idées".

La socialiste peine cependant à convaincre: d'après la dernière étude Ifop-Fiducial, publiée ce mardi soir sur le site de Lyon Capitale, elle plafonne à 11% dans les intentions de vote au premier tour. Sa liste est devancée par celle de Fabienne Grébert (EELV), créditée de 12% des voix et qui a refusé la main tendue de l'ex-ministre, affirmant ne pas voir "de raison" de se ranger derrière elle.

Vient ensuite la liste de la majorité présidentielle, représentée par Bruno Bonnell (LaREM), celle du Rassemblement nationale d'Andrea Kotarac (20%). Laurent Wauquiez (36%) fait largement la course en tête.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles