Régionales : une affaire Agnès Pannier-Runacher dans les Hauts-de-France ?

·1 min de lecture
Le service communication de la ministre indique que Nicolas Bays a fait cesser son contrat de travail à compter du démarrage de leur concubinage, soit le 9 mai.
Le service communication de la ministre indique que Nicolas Bays a fait cesser son contrat de travail à compter du démarrage de leur concubinage, soit le 9 mai.

Le gouvernement a décidé de foncer tête baissée dans la course aux élections régionales de juin prochain. À ce titre, de nombreux ministres sont présents sur les listes LREM dans plusieurs territoires. Mais l'une d'entre eux, Agnès Pannier-Runacher, en position non éligible, pourrait être la cause de l'invalidation de l'ensemble de la liste. La ministre déléguée à l'Industrie est aujourd'hui confrontée à quelques incohérences avec ses obligations de transparence de la vie politique. Sa relation de couple avec l'ancien député socialiste Nicolas Bays interroge, rapporte le site Politico Paris, lundi 24 mai.

Tout commence par une déclaration de domicile le 9 mai dernier, à la veille du dépôt des listes LREM. Agnès Pannier-Runacher a indiqué, en guise d'adresse, celle de son chef de cabinet au ministère de l'Économie et des Finances Nicolas Bays, près de Lens, dans les Hauts-de-France, ce qui justifie une candidature dans cette région, malgré un manque d'attaches locales criant. Nicolas Bays et le cabinet de la ministre ont confirmé à Politico Paris que le couple a « pris ensemble la décision d'une vie commune », dans le Pas-de-Calais.

En couple avant janvier 2021 ?

Mais cette déclaration de domicile commun n'est pas sans répercussion pour les principaux intéressés. Car, en vertu de la loi de 2017 sur la transparence de la vie publique, un membre du gouvernement ne peut « compter parmi les membres de son cabinet son conjoint [...] ou concubin ». Toute infraction [...] Lire la suite