Régionales 2021 : Île-de-France et Pays de la Loire, ces régions que la gauche veut faire basculer

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

En s’unissant au second tour des régionales, la gauche espère faire basculer l’Île-de-France et les Pays de la Loire, où deux présidentes de droite sortantes, Valérie Pécresse et Christelle Morançais, sont arrivées en tête, dimanche, au premier tour.

Alors que la gauche fondait beaucoup d'espoir dans son unique liste d'union de l'ensemble de ses forces, portée par Karima Delli dans les Hauts-de-France, c'est finalement dans deux autres régions, l'Île-de-France et les Pays de la Loire, qu'elle espère créer la surprise, dimanche 27 juin, au second tour des régionales.

"Je pense que nous pouvons gagner sept régions dimanche prochain, cinq régions déjà détenues par la gauche [où les présidents PS sortants sont tous en tête, NDLR] et deux régions, Pays de la Loire et Île-de-France, où nous pouvons l'emporter", a affirmé, lundi 21 juin, le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, sur RTL.

>> À lire : Régionales 2021 : ce qu’il faut retenir du premier tour du scrutin

En Île-de-France, la présidente sortante Valérie Pécresse (Libres !, ex-LR) est arrivée largement en tête au premier tour (35,94 %), devant le RN Jordan Bardella (13,12 %) et Julien Bayou (12,95 %), lequel devance Audrey Pulvar (11,07 %) et Clémentine Autain (10,24 %) à gauche.

"Il y a une union qui est en cours. Le rassemblement se fait", a affirmé, lundi matin sur Franceinfo, le candidat EELV, Julien Bayou, à propos des négociations débutées au milieu de la nuit à Paris pour trouver un accord d'ici mardi avec les listes d'Audrey Pulvar (PS) et de Clémentine Autain (LFI/PCF).

Ces dernières "ont dit immédiatement se mettre au service du rassemblement", a estimé Julien Bayou pour lequel "il y a un espoir que la région bascule" au second tour à l'issue d'une "campagne très serrée". "Il y a une chance immense", a-t-il insisté.

Dès dimanche soir, Clémentine Autain avait acté ce rassemblement : "L'alliance des trois listes emmenée par Julien Bayou nous place au coude-à-coude avec Valérie Pécresse. La victoire est à notre portée", a affirmé la candidate LFI-PCF.

Si Audrey Pulvar n'est pas allée aussi loin, disant se tenir "à disposition" des deux autres listes pour "que nous trouvions ensemble le chemin d'une large union de la gauche", la maire PS de Paris, Anne Hidalgo, dont l'ancienne journaliste est l'adjointe, avait appelé "à un large rassemblement des forces de gauche et des écologistes" aux côtés de Julien Bayou.

"Le meilleur score écologiste et citoyen en France"

Les chances de victoire apparaissent encore plus fortes dans les Pays de la Loire. La présidente Christelle Morançais (LR) y est arrivée en tête, dimanche soir, à l’issue du premier tour avec 34,29 % des voix, mais les deux candidats majeurs de la gauche, Matthieu Orphelin (EELV/LFI) et Guillaume Garot (PS/PRG/PCF), qui ont obtenu respectivement 18,70 % et 16,31 % des suffrages, ont annoncé une fusion de leurs listes pour le second tour.

"Dès ce soir, comme nous l'avions annoncé, nous concrétiserons notre rassemblement. Nous formerons dès demain une seule équipe, une même équipe qui se mobilisera toute la semaine pour convaincre et aller chercher la victoire", a déclaré dimanche soir Matthieu Orphelin à Nantes, se félicitant d’avoir réalisé dans les Pays de la Loire "le meilleur score écologiste et citoyen en France".

"La bataille pour le climat, la bataille pour la justice sociale, la bataille pour l'emploi durable, elle se gagne dimanche prochain", a poursuivi le député, ancien membre de La République en marche, qui avait fait alliance avec les Insoumis dès le premier tour.

"La victoire de la gauche et des écologistes est à notre portée dimanche !", a pour sa part lancé Guillaume Garot dimanche soir.

>> À lire : Régionales 2021 : vers un bras de fer en Paca sur la question du front républicain

Dans cette région, le candidat du Rassemblement national, Hervé Juvin, est arrivé quatrième avec 12,53 % des voix, tandis que le candidat de La République en marche, François de Rugy, ferme le banc des qualifiés pour le second tour en obtenant 11,97 % des votes. Tous deux prévoient de se maintenir dimanche prochain.

Avec AFP

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles