Régionales en Île-de-France: Julien Bayou (EELV) écarte la gratuité des transports en commun

·2 min de lecture
Julien Bayou le 19 janvier 2021 lors d'une conférence de presse à Paris - GEOFFROY VAN DER HASSELT © 2019 AFP
Julien Bayou le 19 janvier 2021 lors d'une conférence de presse à Paris - GEOFFROY VAN DER HASSELT © 2019 AFP

Le candidat écologiste à la présidence de la région Île-de-France Julien Bayou a réfuté vendredi la possibilité financière d'une gratuité totale des transports en commun, comme le propose la candidate socialiste Audrey Pulvar.

Gratuité pour les "plus précaires"

Julien Bayou s'est entretenu vendredi matin sur le sujet des transports publics avec le président EELV de la métropole de Lyon, Bruno Bernard, qui détient notamment cette compétence. Les deux écologistes ont tracté devant la gare de Lyon avant de donner un point presse.

Accorder la gratuité des transports en commun à tous est impossible "vu les nécessités d'investissement et le coût de fonctionnement du futur Grand Paris Express", a déclaré Julien Bayou.

Il était interrogé sur la proposition-phare d'Audrey Pulvar, avec laquelle il est au coude-à-coude dans la plupart des sondages de premier tour, loin derrière la présidente sortante de droite Valérie Pécresse.

"L'enjeu, c'est la solidarité", a-t-il ajouté, voulant accorder cette gratuité aux "plus précaires", bénéficiaires des minimas sociaux.

Des bus "à durée garantie"

Bruno Bernard a raconté le cas de sa métropole. "Nous avons augmenté les investissements pour les transports de 1,3 à 2,5 milliards d'euros, notamment pour 25 km de tramway dans les quartiers prioritaires de la ville", donc "la gratuité totale, ce n'est juste pas possible".

En Île-de-France, Julien Bayou souhaite investir en particulier dans les trajets de banlieue à banlieue, notamment en mettant en place des "bus à durée garantie", aux couloirs sécurisés, avec priorité aux feux de circulation.

Les deux hommes ont assuré qu'il sera possible de s'entendre avec Audrey Pulvar entre les deux tours sur la question des transports. Avec également la liste de Clémentine Autain soutenue par LFI et le PCF, "la fusion va se faire en quelques minutes, on va prendre la règle à calcul et se baser sur qui a fait quoi" comme score au premier tour, malgré les "tensions" préalables, a anticipé Bruno Bernard.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles