Régionales: les écologistes lancent leur campagne en Paca et appellent à l'union de la gauche

F.B.
·2 min de lecture
Europe Écologie Les Verts (illustration). - LIONEL BONAVENTURE © 2019 AFP
Europe Écologie Les Verts (illustration). - LIONEL BONAVENTURE © 2019 AFP

EELV et ses alliés du "pôle écologiste" ont officiellement lancé leur campagne des Régionales ce mardi en Provence-Alpes-Côte-d'Azur, tout en plaidant pour un large rassemblement de la gauche dès le premier tour autour de leur tête de liste, Jean-Laurent Felizia.

"Les discussions avec nos partenaires ont lieu, elles se font dans d'excellentes conditions, (...) sur les territoires où nous serons pour en découdre avec la droite et l'extrême droite", a assuré Jean-Laurent Felizia, lors d'une visioconférence de presse.

"On y va lentement mais sûrement, je pense que d'ici le 10-12 avril on aura avancé sur les négociations pour savoir comment ce rassemblement a lieu", a ajouté le Varois. Inconnu du grand public, Jean-Laurent Felizia avait été désigné chef de file d'EELV après l'éviction d'Olivier Dubuquoy, partisan lui aussi d'un large rassemblement dès le premier tour.

"Que la tête de liste soit écologiste"

Le parti écologiste redit qu'il a toutefois un préalable à cette union: "que la tête de liste soit écologiste".

Si les écologistes semblent confiants dans leurs discussions avec le PS, le PC, le PRG ou d'autres mouvements de gauche et collectifs citoyens, ils sont plus prudents concernant LFI: "La France insoumise nous avait fait savoir il y a quelques mois qu'elle était embarrassée par la présence de certains (membres) du pôle écologiste", a reconnu Jean-Laurent Felizia. Il s'agit notamment du Niçois Jean-Marc Governatori, de Cap Ecologie, mouvement fondé avec Corinne Lepage.

Interrogé sur le sujet, Jean-Marc Governatori, désigné comme l'un des deux porte-parole de campagne, a confié émettre lui aussi "des réticences" à l'égard des Insoumis, tout en restant "ouvert aux différentes options dans le cadre d'un projet de société écologiste et citoyen".

La gauche unie autour de Karima Delli

Pour ces Régionales de juin, une large union de la gauche (EELV, PCF, LFI et PS) dès le premier tour n'est pour l'instant actée que dans les Hauts-de-France, autour de l'eurodéputée verte Karima Delli.

En Paca, les partis jouent la montre avec un président de région LR, Renaud Muselier, qui n'est toujours pas officiellement candidat. Côté RN, fort dans la région, c'est l'eurodéputé RN Thierry Mariani qui est pressenti.

Seule LaREM a désigné sa candidate: la secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées, Sophie Cluzel. Mais les cadres de la majorité présidentielle laissent toujours planer le doute sur un éventuel ticket avec Renaud Muselier dès le premier tour.

En 2015, le candidat d'union de la droite, Christian Estrosi, l'avait emporté face à la frontiste Marion Maréchal Le Pen, arrivée largement en tête au premier tour. Une victoire obtenue grâce au retrait de la liste socialiste alors conduite par Christophe Castaner (passé depuis chez LaREM).

Article original publié sur BFMTV.com