La région Indopacifique, nouveau centre du monde

·2 min de lecture

L’"affaire des sous-marins", c'est-à-dire l’annulation de l’achat de 12 submersibles construits par la France pour l’Australie, a fait surgir le concept d’Indopacifique. Professeure des universités en science politique à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco), Delphine Allès revient sur cette notion pour Sciences et Avenir.

"Affaire des sous-marins". Delphine Allès est professeure des universités en science politique à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco), dont elle dirige la filière de Relations internationales. Egalement chercheuse au Centre Asie du Sud-Est (Case), cette experte répond aux questions de Bernadette Arnaud pour Sciences et Avenir.

Le concept d'Indopacifique a récemment surgi dans les débats. Quelle est cette nouvelle zone géographique devenue le théâtre d’un grand jeu des puissances mondiales ? Quels sont les intérêts de souveraineté de la France dans la région ? Delphine Allès, professeure à l’Inalco, décrypte ces questions en rappelant que la France y est présente avec ses Départements et Régions françaises d’outre-mer, représentant une population de 1,65 million d’habitants, et que 93% de sa zone économique exclusive (ZEE), y est à protéger.

"L’Indopacifique est un concept politique et stratégique avant d’être géographique"

Sciences et Avenir : Pouvez-vous nous préciser ce que recouvre exactement le terme d’espace Indopacifique ?

Delphine Allès : L’Indopacifique est un concept politique et stratégique avant d’être géographique. Il a d’abord été employé en 2007 par un ancien marin indien devenu directeur de la National Maritime Foundation à New Delhi, avant d’être repris par l’ex-Premier ministre japonais Shinzo Abe puis par les dirigeants des États-Unis, de l’Australie… et finalement par la quasi-totalité des acteurs de la région. Le concept a donc d’abord été utilisé par les membres de ce que l’on appelle le QUAD, - le partenariat de dialogue stratégique quadrilatéral entre les États-Unis, l’Inde, le Japon et l’Australie, qui promeuvent l’idée d’un Indopacifique "libre et ouvert" et d’un ordre international "fondé sur le droit" - deux idées qui ont vocation à souligner le contraste avec la présence de plus en plus affirmée de la Chine dans la région, même si les tenants de l’Indopacifique ne s’opposent pas tous ouvertement à Pékin.

Au[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles