Régionales : la candidate écologiste ne se rangera pas derrière Najat Vallaud-Belkacem

·2 min de lecture

La tête de liste EELV pour les prochaines régionales en Auvergne-Rhône-Alpes Fabienne Grébert ne se rangera pas derrière la socialiste Najat Vallaud-Belkacem, qui vient d'officialiser sa candidature.

La tête de liste EELV pour les prochaines régionales en Auvergne-Rhône-Alpes Fabienne Grébert "ne voit pas de raison" de se ranger derrière la socialiste Najat Vallaud-Belkacem, qui vient d'officialiser sa candidature. "Pourquoi devrais-je me ranger derrière Najat Vallaud-Belkacem?", s'est interrogée Mme Grébert devant la presse mardi en marge de la présentation d'un projet de plan d'urgence pour la jeunesse de la région.

"Est-ce que la notoriété d'un candidat ou d'une candidate suffit à se ranger derrière lui ? Nous ne sommes pas dans la politique spectacle", a-t-elle martelé. L'ancienne ministre socialiste, qui a officialisé samedi sa candidature à la présidence de la région dirigée depuis 2016 par Laurent Wauquiez (LR), ambitionnait de faire de ces régionales "le laboratoire de l'union de la gauche", mais les discussions avec les écologistes n'ont pas abouti en vue du premier tour.

Les écologistes d'Auvergne-Rhône-Alpes ont récemment proposé que Mme Vallaud-Belkacem soit tête de liste d'une gauche rassemblée sur la métropole de Lyon, mais les Verts tiennent à ce qu'au niveau régional ce rassemblement se fasse derrière Fabienne Grébert, leur candidate investie.

De son côté, le PS s'est dit prêt à se ranger derrière une tête de liste écologiste, mais à condition de peser d'un poids suffisant dans le futur exécutif. Sans résultat pour l'heure. L'électorat de gauche sera convoité par une troisième liste, le Parti communiste et la France insoumise partant pour l'heure de leur côté à la bataille. À défaut de s'entendre avec EELV, le PS a scellé un accord avec Cap21 et l'Alliance écologiste indépendante (AEI) pour le premier tour du scrutin en Auvergne-Rhône-Alpes, alors que ces mouvements font cause commune avec EELV(...)


Lire la suite sur Paris Match