"Le régime s’est effondré en quelques heures": un journaliste de franceinfo assiste par hasard à la chute du mur de Berlin alors qu’il est étudiant

franceinfo

"France Info, 18 heures." Le jingle de France Info grésille sur les ondes du 10 novembre 1989, et la voix de Patrick Boyer annonce : "Le mur de Berlin-Est est ce soir une masse de béton couverte de gratifis sur laquelle des milliers de jeunes Berlinois de l’Est sont juchés, indique le présentateur. Malgré les injonctions des Vopos, les jeunes Allemands regardent hilares, porte de Brandebourg, leurs voisins de Berlin-Est franchir tranquillement le Checkpoint Charlie comme une vulgaire frontière régionale..."

Quand le mur tombe, les médias sont à Bonn

La veille, les médias internationaux, alors à Bonn, la capitale, ont appris la nouvelle : le Mur est tombé. Aussi, ce jour-là, Vincent Pellegrini, étudiant à l’Ecole supérieure de journalisme de Lille, assiste, médusé, à une page de l’Histoire qui se tourne alors qu’il est en voyage à Berlin avec ses camarades d’études, presque par hasard. "Quand on est arrivés porte de Brandebourg, il y avait très peu de monde, se souvient Vincent Pellegrini. Peut-être 500 ou 600 personnes. Les gens commençaient à peine à arriver…"

Deux ou trois personnes sont montées sur le Mur, et on a vu qu’il ne leur arrivait rien. Alors nous sommes montés aussi ! Le régime s’est effondré en quelques heures.

Vincent Pellegrini

à franceinfo

Il raconte les chants, l’émotion des Berlinois, Rostropovitch jouant Bach au pied du Mur. "On se disait que nous n’avions pas encore commencé notre carrière et que (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi