Le régime iranien fait face à des critiques de plus en plus nombreuses

AFP - -

C’est le 16 septembre que les manifestations ont commencé en Iran avec la mort de Mahsa Amini, jeune femme arrêtée trois jours plus tôt à Téhéran pour un port de voile non conforme. Depuis désormais près de deux mois, la protestation n’a pas faibli, malgré la violente répression menée par le régime : tirs sur des manifestants, nombreuses arrestations, mais malgré tout le mouvement se poursuit. Et le régime fait face à des critiques en son sein sur sa gestion de ces protestations.

Au sein des forces de l’ordre iraniennes, la politique répressive est de plus en plus critiquée et notamment sur les réseaux sociaux, comme l'a expliqué à RFI, Stéphane Dudoignon, chercheur au CNRS, spécialiste de l’Iran. « Une certaine mauvaise humeur de la troupe, voire d’officiers de rang intermédiaire, commence à se répandre, de manière pour le moment tout à fait anonyme, avec des messages de protestation », note-t-il.

Ce mouvement de protestation inédit contre le régime iranien vise directement le Guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei et, de manière générale, les religieux, soutiens du régime. Sur les réseaux sociaux, des Iraniens publient des vidéos montrant des protestataires qui font tomber la coiffe de mollahs marchant dans les rues du pays. « On sent poindre partout une hostilité croissante vis-à-vis d’une partie de l’establishment religieux, même si cette violence n’est pas systématique et même si, on a vu, dans des régions très différentes de l’Iran, les imams, de très grands notables religieux, s’élever contre le traitement purement répressif par la République islamique et par le guide Ali Khamenei », explique Stéphane Dudoignon.


Lire la suite sur RFI