Le régime iranien fait face à de vastes mouvements de protestation

© (Bilal Hussein/AP/SIPA)

Les manifestations s’étendent en Iran depuis cinq nuits consécutives dans la capitale, Téhéran, et dans d’autres grandes villes du pays, notamment à Mashhad (nord-est), Tabriz (nord-ouest), Rasht (nord), Ispahan (centre) et Kish (sud). « Plusieurs centaines de personnes scandent des slogans contre les autorités, certaines d’entre elles enlèvent voire brûlent leur hijab », rapporte l’agence Fars. Ces mouvements de protestation sont parmi les plus importantes en Iran depuis celles de novembre 2019, déclenchées par la hausse des prix de l’essence. Selon des images postées sur les réseaux sociaux, on voit de nombreuses femmes présentes dans les cortèges, certaines retirant avec fougue leurs foulards et les brandissant en l’air en signe de protestation. Des femmes ayant retiré leur voile et criant « Mort à la République islamique ».

Les heurts les plus violents se sont déroulés dans la province du Kurdistan. Dans la nuit de mardi à mercredi. Selon l’agence officielle Irna, des manifestants sont sortis dans les rues bloquant la circulation, incendiant des poubelles et des véhicules de police, lançant des pierres sur les forces de sécurité et scandant des slogans hostiles au pouvoir.
La police a utilisé des gaz lacrymogènes et procédé à des arrestations pour disperser la foule.


Lire la suite sur LeJDD