Le régime alimentaire des habitants d'Herculanum, ville détruite par le Vésuve, décrypté

·2 min de lecture

Les chercheurs, menés par une équipe à l'Université de York, ont analysé 17 squelettes adultes mis au jour dans la ville romaine d'Herculanum, une station balnéaire restée ensevelie sous les cendres du volcan jusqu'au 18e siècle.

Des archéologues examinant les restes de victimes de l'éruption du Vésuve en 79 après J-C ont découvert que les habitants de la côte à l'époque mangeaient beaucoup plus de poisson que les Italiens d'aujourd'hui, et que les hommes consommaient davantage de cette nourriture, considérée comme supérieure, que les femmes.

Un instantané du quotidien

Les chercheurs, menés par une équipe à l'Université de York, ont analysé les acides aminés prélevés sur 17 squelettes adultes mis au jour dans la ville romaine d'Herculanum, une station balnéaire restée ensevelie sous les cendres du volcan jusqu'au 18e siècle. En étudiant la proportion de carbone et d'isotopes d'azote des acides aminés et en appliquant un modèle statistique, ils ont pu différencier les groupes de nourriture avec un nouveau niveau de précision, a écrit l'équipe dans la revue le 25 août 2021. Herculanum a fourni une "population extraordinaire" qui a permis d'étudier les régimes alimentaires de l'époque parce que la catastrophe naturelle a donné aux archéologues un instantané du quotidien d'alors, a dit à l'AFP l'auteure principale, Silvia Soncin. Et ce contrairement aux cimetières, qui "sont généralement utilisés pendant une certaine période - on parle de centaines d'années - et les sources de nourriture peuvent avoir changé en raison de modifications dans le climat ou de routes commerciales différentes", a-t-elle expliqué.

Trois fois plus de produits de la mer qu'aujourd'hui

Bien qu'Herculanum et Pompéi, non loin de là, aient trois fois plus de produits de la merté détruites par le volcan, la plupart des habitants ont pu fuir à temps, a déclaré à l'AFP l'un des auteurs, Oliver Craig, professeur de bioarchéologie. Les 11 hommes et 6 femmes étudiés par l'équipe ont été choisis au hasard parmi 340 personnes mortes sur la plage et sous des voûtes en pierre servant d'abris pour bateaux ("fornici") où ils avaient tenté de se réfugier. "Nous avons découvert une quantité étonnamment élevée de contribution marine au ré[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles